Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2012

Entendu

Une libraire vante un roman que le bouche à oreille consacre déjà comme un incontournable : on a envie d'aller jusqu'au bout, dit-elle. Alors que je n'ai jamais envie d'arriver au bout des romans que j'aime. Je les voudrais infinis. Je ne supporte pas d'être abandonnée par un roman.

Commentaires

C'est tranchant comme position et j'aime cà !

Écrit par : MrBlue | 30/07/2012

Ça c'est pile l'explication pour laquelle je ne lis jamais de romans...

Hein ? Ben oui Fleur c'est moi, j'étais sûr que ça vous ferait plaisir... : )

Écrit par : koan | 30/07/2012

Et moi j'aime avoir de vos nouvelles, Mr Blue !!!

Écrit par : Fleur | 30/07/2012

Oh et voilà Koan !
Comme au bon vieux temps !!!

Écrit par : Fleur | 30/07/2012

Le temps ne change rien à l'affaire.
Je n'oublie pas notre rendez-vous dans l'Enfin. : )

Écrit par : koan | 31/07/2012

:-)

Écrit par : Fleur | 31/07/2012

Cool !!!
Dès que j'aurai un peu de temps j'irai fureté sur le ring...

Écrit par : MrBlue | 31/07/2012

Oh comme vous avez raison.
Je lis "Microcosmes" de Claudio Magris en ce moment. Je trouve ce livre tellement beau que je souffre à chaque page consommée de voir diminué d'autant mon capital de plaisir, tant je sens arriver l'inexorable point final...

Écrit par : Jean-Marc | 03/01/2013

Oui, Jean-Marc, certains livres nous font ce coup-là, et une fois terminés, il faut en trouver un autre qui soit aussi puissant... j'irai donc feuilleter "Microcosmes" à la librairie !

Écrit par : Fleur | 09/01/2013

Si seulement c'était la vie toute qui était lue comme cela.
Avec appétit et goûtée avec tout son goût.
les livres pour moi sont tombés dans la poussière, en filemants de temps ranci.
Il me compte ce que je mange , il me compte ce que je dors.
Me voici cet autre qui luisait au fin fond d'un horizon, signe imperceptible comme un amer dans mon désert. Et me voici rejoint; me voici un. Me voici digne d'être enfin mortel.

Écrit par : joruri | 06/02/2013

Alléluia, Joruri, vous êtes un homme accompli. Merci de votre visite.

Écrit par : Fleur | 12/02/2013

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE ARTICLE

Écrit par : SerpZone.fr | 09/11/2014

Les commentaires sont fermés.