Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2010

Vieil Ispahan 15

Bien souvent je remarque que je manque de talent pour le boniment, or la vente de tapis tient essentiellement aux blablas dont on berce les éventuels clients jusqu'à les persuader qu’ils ont besoin de cet objet de luxe. C’est une chose qui est généralement au-dessus de mes forces, mais j’ai voulu profiter de deux jours de braderie pour me perfectionner dans cet art. Avisant une cliente intéressée par des fragments de tissus anciens bariolés que mon patron avait ressortis – peut-être de son grenier, peut-être d’une friperie - pour l’occasion, je me charge de lui vanter l’ouvrage, et – prends-toi pour une vendeuse, bordel ! - j’insiste sur le fait que malgré son mauvais état, on retrouve les caractéristiques de l’art iranien sur ce bout de tissu de quelques centimètres. Impressionnée par ma propre facilité à raconter des balivernes, je m’emporte, trémolos dans la voix, j’invente un âge à ce tissu, et je raconte comme les femmes ont passé du temps à coudre galons et tissus (il s’agissait d’un sorte de patchwork), c’est tout juste si je ne lui traduis pas les paroles de leurs chants nostalgiques nés au soleil de ce magnifique pays qu’est l’Iran. Comme elle désire voir autre chose, je replie le tissu. Une étiquette collée au dos nous saute aux yeux : un seul mot en lettres majuscules : INDE.

Commentaires

aÏE.
alors ? honte ? t'en es-tu tirée ?
nouveaux mensonges ? blush aux joues ? comme si de rien n'était alors que tout est ?

Écrit par : ema | 05/06/2010

Blush oui, mais éclat de rire, et le tissu a été acheté...

Écrit par : Fleur | 05/06/2010

l'élan est incertain, et cardinal...

Écrit par : bertfromsang | 06/06/2010

La lose transformée en succès !

Écrit par : All | 28/06/2010

Cette histoire est savoureuse... et si bien racontée.
Elle va à l'encontre de tout ce que je peux enseigner sur l'art & la manière de rester honnête dans la vente.
Pourtant, à côté de cela, elle dit quelque chose de tout aussi fondamental : le besoin que nous avons tous de croire, l'amour des belles histoires, la nécessité d'entourer l'objet d'une sarabande de mots savamment agencés...

Une étiquette dira peut-être la vérité, mais elle ne fera jamais vendre. En revanche, une belle histoire fera toujours vendre. Et tant pis si le belle histoire est imaginaire. Ou plutôt tant mieux.

Perche se non è vero, è ben' trovato.

PS - Etant responsable d'un blogue sur la vente (cliquez sur mon URL) pour y accéder directement, je voudrais savoir si vous m'autorisez à me référer à votre billet pour "broder" dessus... Dans l'attente du plaisir de vous lire. Jean-Marc

Écrit par : Jean-Marc | 31/08/2010

Votre commentaire me rappelle le point de vue d'un ami sur l'amour, l'amitié et la vérité. Il déclare qu'il préfère entendre un mensonge élaboré tout exprès pour lui par son amoureuse ou un ami, que la vérité toute crue qui doit être réservée à ceux qui nous importent peu. Il faut préciser qu'il écrit, c'est sans doute l'amour de la fiction et de l'élaboration d'une histoire qui lui fait dire ça.

Brodez, je vous en prie ! Je viens de votre blog, et j'ai retenu ceci : "raconter des histoires pour sortir de l'ornière argumentation/objection"

Écrit par : Fleur | 01/09/2010

Merci Fleur pour votre réponse.

Bien que fervent adorateur de la vérité, je comprends votre ami. Il faut dire que la matière première de la fiction, c'est le temps qui s'écoule, et avec le temps accourent tous les facteurs possibles et imaginables de distorsion de la réalité. N'a-t-on pas déjà dit que le mensonge n'était rien d'autre qu'une vérité qui se trompait de date ?

Alors puisqu'il faut broder, je m'en vais m'initier à l'art de faire des noeuds sur un vieil Ispahan. De ces noeuds qui, en hébreu, s'écrivent avec les mêmes lettres que le mot "mensonge"...

Au plaisir de vous lire,

Jean-Marc

Écrit par : Jean-Marc | 01/09/2010

Désormais, si vous cliquez sur mon nom en bas du commentaire, vous tomberez directement sur le billet que m'a inspiré votre histoire.

Très bonne soirée ou journée à vous, Fleur.

Écrit par : Jean-Marc Bellot | 22/10/2010

J'adore les billets qui ont une chute ! Marchande de tapis c'est mignon, mais je te vois un destin plus grand !

Écrit par : ctoileblog | 26/10/2010

Adorateurs de destin, de billets, de banque notes, aiment à se raconter des histoires pour se cacher la vérité de leur tartuferies. Détenteurs de copyrights, le genre de chrétien que vous faites à signer et contresigner le pacte avec le diable. Serais pas surpris que vous n'y croyiez pas d'ailleurs, bonimenteurs de pacotille de bazars à tricoter des fables pour essayer de nous vendre des salades. chrétien libéral comme on est homo libéré a faire le coming out de sa foi identitaire. Vous n'avez même l'excuse de vous croire athée comme le prophète effémine qui me précède et crois m'insulter sur son blog en me traitant de paria.
Vous voyez vraiment Jésus soutenir le mensonge à but lucratif? relisez Molière ou faites une retraite au couvent mais arrêtez de tordre les évangiles pour en soutirer un salut que vous gagneriez plus facilement à être franchement criminel (dieu vomit les tièdes, souvenez-vous)

Écrit par : Fodio | 31/10/2010

si c'est ce que vous voulez dire, je n'ai pas les couilles de suivre Dieu jusqu'au bout, effectivement.

Écrit par : Fleur | 03/11/2010

c'est Anne, la juste comme ça, paris-pekin.
Fleur, j'ai eu envie de relire tes mots, maintenant que j'ai (enfin !.. une éternité : seules les traces restent) accès à vos blogs (suis en France). je me suis régalée en lisant cette note ! as-tu ouvert un autre blog ?

Écrit par : Anne | 16/01/2012

bonjour Fleur (j'oubliais, malotrue que je suis, après tout ce temps)

Écrit par : Anne | 16/01/2012

Bonjour Anne !! En France ? Comment vas-tu ? Quel plaisir d'avoir soudain un signe après toutes ces années ! Non : pas d'autres blogs ! Le jour de la Saint Modeste 2011 j'ai décidé que c'était le jour idéal pour arrêter d'écrire...

Écrit par : Fleur | 17/01/2012

oui en France, près d'Amiens, avec ma fille. Je vais bien ! tu as arrêté d'écrire tout court ? ..même pas sur du papier ? je me régale à la lecture de tes textes. Tu es vendeuse de tapis, incroyable.. ça me rend très curieuse :-D je n'ai pas encore lu beaucoup de notes récentes de ton blog, peut-être en parles-tu. Tu peux m'écrire par mail, si tu veux. bises !

Écrit par : Anne | 17/01/2012

Je n'écris plus du tout...

Écrit par : Fleur | 17/01/2012

Les commentaires sont fermés.