Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2009

Vieil Ispahan 9

Un homme sur le trottoir se parle à lui-même, et si les passants devaient le qualifier – si l’on devait les sommer de le qualifier, alors qu’ils l’avaient sitôt vu sitôt oublié – ils le nommeraient fou. Mais seule la sagesse conseille de commencer par se convaincre soi-même. Cet homme est assez éclairé pour ne deviser qu’avec lui-même.

Commentaires

Ça c'est moi tout craché.
Qu'est-ce que je me raconte ? Une part de poésie, une part de rage, et le vent qui emporte mes propos vers les frères distants mais attentifs qui entendent depuis le bout du monde.

Écrit par : koan | 23/09/2009

Bonne fête ma grande !

Écrit par : Gregor | 05/10/2009

merci Gregor !!!!!!! Toi ici c'est un sacré cadeau !

koan, je vous entends...

Écrit par : Fleur | 06/10/2009

Je ne sais pas quoi dire à part que tu es si précieuse.
C'est comme si je sentais ton cœur battre.

Écrit par : koan | 06/10/2009

Salut,
Toujours de la qualité.
Emporté par les mots, on voit, on entend, on comprend, c'est toujours un plaisir que de vous lire.

Cordialement

Écrit par : rasko | 10/10/2009

Rasko, salut ! C'est toujours un plaisir de vous savoir de passage ici ! Je vous lis aussi...

Écrit par : Fleur | 12/10/2009

C'est limpide et clair !

Écrit par : MrBlue | 22/10/2009

Ce blog n'est plus actualisé ?

Écrit par : chaussures italiennes | 29/12/2009

Les commentaires sont fermés.