Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2009

Vieil Ispahan 8

            On jurerait que l’adolescent criblé d’acné a sorti sur le trottoir d’en face sa grosse tête purulente pour l’assécher au soleil, à défaut de l’assainir. S’il avait pu se contenter de la poser sur le balcon, sans avoir à sortir son corps, il aurait été le plus heureux des pubères. Au lieu de quoi il s’est retiré sous trois épaisseurs de vêtements supposées cacher sa disgrâce. Mais il ne sait pas ce que disgrâce veut dire : il se contente d’éprouver la sienne. Il reste longtemps juste à côté du distributeur de préservatifs, son visage est impassible, non qu’il ne ressente rien, mais la moindre expression risquerait de presser une bonne demi-douzaine de pustules.

Une fille de sa connaissance le trouve là et interrompt son shopping pour discuter un moment avec lui. En parlant elle tend le visage de cette façon qui appelle un baiser, elle rit même si le garçon ne se penche pas vers elle pour l’embrasser comme elle le souhaiterait. Elle rit parce qu’elle sait que s’il ne l’embrasse pas cela n’a aucune importance : le baiser viendra fatalement. Le baiser viendra fatalement parce qu’elle remue la tête de cette façon et que le garçon sourit en regardant vers le haut puis vers le bas de la rue avant de la fixer quelques secondes.

Commentaires

Fleur écrit et la danseuse danse. Quoi de plus naturel en somme. Tes textes me laissent toujours en haleine.

Écrit par : la danseuse | 08/06/2009

Et il a pris des préservatifs j'espère...

Écrit par : MrBlue | 04/07/2009

Il y a un silence qui flotte sur la scène. On se laisse émouvoir
et je me demanderais toujours comment on ose approcher un distributeur de préservatifs en pleine rue. J'en suis cramoisi. Hein ? Si ! je suis une vraie fleur bleue...

Écrit par : joruri | 07/07/2009

Il n'est pas beau ton adolescent, mais il est aimable. :)

Écrit par : koan | 28/07/2009

Les commentaires sont fermés.