Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2009

Vieil Ispahan 2

             Les vieilles femmes entrent toujours pour les descentes de lit. Combien elles coûtent est la grande affaire. Veulent-elles se faire une idée du prix des tapis persans, et craignent-elles de provoquer des nombres à cinq chiffres en s’intéressant aux grandes dimensions ? Ou sentant la fin venir sont-elles tourmentées par les descentes de lit comme on peut l’être par les descentes de Croix ? Certaines les appellent tapis de prière, mais il ne faut pas perdre de vue que les hommes doivent pouvoir y placer doigts, orteils, nez, front, genoux. 80 x 60 c’est définitivement une descente de lit et non un tapis de prière.

 

             Lorsqu’elles quittent le magasin, si la pluie se met à tomber - et elle se met à tomber, fatalement -certaines vieilles femmes sortent de leur poche un carré de plastique transparent qu’elles appellent caroline et qu’elles se nouent autour de la tête sous le menton. Elles croisent sur le trottoir d’autres vieilles femmes qui ont noué leur caroline exactement de la même manière, mais parfois l’une d’elles a un modèle à pois blancs.

 

             J’ai voulu baisser l’auvent afin de créer un abri pour les piétons, j’avais dans l’idée qu’ils regarderaient les tapis à travers la vitrine en attendant l’accalmie, mais j’ai vu cette vieille bourgeoise descendre la rue à petits pas pressés, à la façon d’une poule mouillée déboussolée par l’intrusion d’un renard dans le poulailler, et l’image n’est pas un cliché, je connais cette femme, j’ai eu bien trop souvent l’occasion de l’observer : ses manières autant que sa voix sont celles d’un gallinacé. Elle caquette sans vous regarder jamais dans les yeux - et comment pourrait-elle, avec un œil de chaque côté de sa tête de poule, comme un fait exprès pour qu’elle n’ait jamais une vue d’ensemble ? Quand elle vous jauge c’est en vous présentant son profil,

 

             Tiens je n’ai même pas envie d’en parler.

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Toujours aussi percutante Fleur, au tapis mon c*l !

Écrit par : MrBlue | 04/07/2009

Les commentaires sont fermés.