Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2006

Corps à corps

Lundi 13 novembre 2006.

         J'ai trouvé la contrebasse dans sa robe de bois clair, allongée sur la tranche aux pieds du piano. Je me suis assise en face d'elle, scandalisée à l'idée qu'elle puisse être plus féminine que moi - aguicheuse, va ! - mais prenant en douce des leçons de pose. Comme elle m'ignorait encore dix minutes après mon arrivée - blonde, va ! - je l'ai saisie par le chignon pour la redresser sur son unique talon haut.

          Elle a laissé aller lascivement son corps contre le mien - allumeuse, va ! - je voulais la faire vibrer à la façon de Riccardo del Fra ou peut-être de Ron Carter, mais je ne savais pas !

Commentaires

ti bonheur, va!
ah! que la musique vous va bien!

Écrit par : kintana | 13/11/2006

"La voix du père dans le corps de la mère " dit-on de la contrebasse... C'est magnifique, magnifique la femme que vous en faites ! Celle de Pharoah ?

Écrit par : koan | 13/11/2006

ça ne devait pas être une contrebasse, plutôt une illusion d'optique; c'est toujours comme cela quand on consulte les plans dans le mauvais sens...

Écrit par : gmc | 13/11/2006

vous croisez souvent des instruments vous ! :)

Écrit par : ananana | 14/11/2006

(ananana c'est moi en fait)

Écrit par : anne | 14/11/2006

Vous devriez adorer une formation qui s'appelle, ou s'appelait Oregon...

Écrit par : koan | 14/11/2006

J'aime ta vision des instruments, Fleur !
Je suis sûre que cette rousse généreuse au long cou ne t'en voudra pas, vu comme tu lui as donné vie...
Merci mille fois de nous avoir emmené plus loin avec ces liens ! J'y retourne.... :-)

Écrit par : kti | 14/11/2006

C'est fou comme vous donner vie aux choses que vous observez ! En plus, je note également que vous mettez toujours ce temps d'observation à profit : "- mais prenant en douce des leçons de pose." Vous avez l'esprit aiguisé !

Écrit par : MrBlue | 14/11/2006

C'est fou comme vous donner vie aux choses que vous observez ! En plus, je note également que vous mettez toujours ce temps d'observation à profit : "- mais prenant en douce des leçons de pose." Vous avez l'esprit aiguisé !
C'est beau, merci.

Écrit par : MrBlue | 14/11/2006

Après le ring, la scène... Vous êtes une boulimique vous.

Écrit par : koan | 14/11/2006

Elle vous plaît cette contrebasse ? Riccardo del Fra, je l'ai entendu en concert, mais la sienne est brune :
http://fleursurlering.hautetfort.com/archive/2005/10/30/jazzoo-project.html#comments
La contrebasse et la batterie sont mes fantasmes absolus...

Écrit par : Fleur | 14/11/2006

mais à vrai dire la trompette du trio était un buggle, si ma mémoire est bonne.

Écrit par : Fleur | 14/11/2006

Penser la contrebasse (et le violoncelle, c'est le mâle de la contrebasse ?) Comme une femme battue par la batterie...
Pourquoi pas ? Ce rapport de conflit harmonieux dans l'orchestre où les voix superposées se couchent l'une sur l'autre tout en essayant de se distinguer, corps à corps, corps accord...

Écrit par : koan | 14/11/2006

The bells ring. La belle ring...

Écrit par : koan | 14/11/2006

Fleur, prenant cette contrebasse entre vos mains, vous avouez : "je ne savais pas". Si vous voulez l'entendre, nous les hommes avons cette sensation avec nos compagnes aux douces poses. J'interçède, nous non plus souvent, nous ne savons pas, vous voyez ?

Écrit par : koan | 16/11/2006

je vois, Koan, c'est effectivement ce genre d'ignorance à laquelle je pensais en écrivant ceci, je me sentais dans la peau d'un homme dérouté par la femme-contrebasse... Je trouve ça génial que vous ayez pensé à ça aussi !!

Écrit par : Fleur | 16/11/2006

Merci Fleur pour ce petit texte si plein de douceur et de charme...

Écrit par : sios | 16/11/2006

Texte qui me rappelle une chanson "contrebasse" dès que j'ai un moment je t'envoie les paroles... Tout au long de la chanson l'auteur fait référence à une femme et ce n'est qu'au final que l'on découvre qu'il s'agit de sa contrebasse. Chanson qui m'est chère par ailleurs, et puis j'ai toujours beaucoup aimé cet instrument... quand à savoir pourquoi?...

Écrit par : sonia | 16/11/2006

Je lirai volontiers les paroles de la chanson dont il est question çi-dessus. Pour ce qui est de mon petit mot, je n'ai pas grand mérite, votre texte a ce qu'il faut de sensualité esthétique pour induire cette lecture. N'importe quel homme honnête se reconnaîtra dans cette "crainte" et dans cette émouvante gaucherie.

Écrit par : koan | 16/11/2006

Mais vous n'êtes pas un homme Fleur ...

Écrit par : Simone | 16/11/2006

Si, aussi. Mais je ne vais pas chercher à vous convaincre ou à vous expliquer.

Écrit par : Fleur | 16/11/2006

Sans les commentaires je n'aurais pas réagi . Votre texte est parfaitement clair .

Écrit par : Simone | 16/11/2006

Et m'a émue .

Écrit par : Simone | 16/11/2006

你好花朵
Exquis !
Bises de l'autre bout du monde !

Écrit par : Syb | 16/11/2006

Syb et Sios, ravie de votre passage ! (mais où êtes vous, Syb, vous avez abandonné votre navire...pour de plus belles contrées ?? !!!!)
Sonia, les paroles m'intéressent... Merci!

Écrit par : Fleur | 16/11/2006

l'amour fait feu de tout bois

Écrit par : kidam | 17/11/2006

c'est vraiment énooooooorme...
Il est d'une beauté ce texte !!! vraiment Fleur, je suis époustoufflée, je le trouve admirable... votre plume est d'une justesse et d'une poésie qui me va droit au coeur !
si je savais en faire autant... j'avoue humblement en rêver !
je me trouve bien gauche parfois...

Écrit par : holly | 17/11/2006

aucune flatterie, je le précise bien.. c'est tout bêtement ce que j'ai ressenti, vous savez comme je lis toujours à voix haute, l'effet est souvent plus fort...

Écrit par : holly | 17/11/2006

Ca ne veut pas dire grand-chose en soi, mais c'est l'un de mes préférés. Et Dieu sait que je n'en loupe pas un depuis maintenant un bon bout de temps. Ce qui est étonnant, c'est la conception dans le secret. On a l'impression d'une familiarité avec vous. Puis un texte paraît, et à nouveau, l'étonnement...

Écrit par : koan | 17/11/2006

ce n'est pas tellement étonnant, ce texte exprime, comme d'autres, la quête d'une féminité dont la narratrice se sent dépourvue

Écrit par : vénus | 17/11/2006

"De la mâle Sapho, l'amante et le poète,
Plus belle que Vénus par ses mornes pâleurs !
- L'oeil d'azur est vaincu par l'oeil noir que tachette
Le cercle ténébreux tracé par les douleurs
De la mâle Sapho, l'amante et le poète !"

(Baudelaire, Lesbos)

Écrit par : | 17/11/2006

:))) J'ai l'impression que les catalogueurs sont de sortie...

Écrit par : koan | 18/11/2006

Bon voyage !

Écrit par : | 18/11/2006

tout un univers où les objets s'animent, prennent vie, vous avez surement encore beaucoup de choses, d'histoires à nous raconter Fleur ! ça me plait beaucoup

Écrit par : annee | 19/11/2006

tout un univers où les objets s'animent , prennent vie ! vous avez surement encore beaucoup d'histoires à nous raconter, ça me plait beaucoup !

Écrit par : annee | 19/11/2006

tout un univers où les objets s'animent , prennent vie ! vous avez surement encore beaucoup d'histoires à nous raconter, ça me plait beaucoup !

Écrit par : anne | 19/11/2006

(pff j'aime pas me répéter comme ça..)

Écrit par : anne | 19/11/2006

ça me rappelle le perroquet qui assistait Celine pendant ses interviouves .

Écrit par : | 19/11/2006

Bonjour et bon dimanche...

Puis-je vous suggerer ceci : trois noms en fait :
Pour la Batterie (hah...) Jack Dejohnette (rien que le blaze cela inspire...)
Pour la Contrebasse (heu...) Gary Peacock (no comment...)
Et enfin -j'aime bien la forme du Piano à queue- (Hiiii...) Keith Jarrett (qqchose à ajouter ?...)

OUI : ne les séparez pas Fleur et pour un prix de gros essayez l'album "VIGNETTE" (à boire avec modération)...
(Hohh...)

à plus...

Écrit par : Pessah | 19/11/2006

Bel instant.

Pour la contrebasse : ceux qui ont officié avec Bill Evans, au premier rang desquels le mythique Scott LaFaro, blanc bec mort avant d'avir atteint 30 ans (style genre Rimbaud/Dean vous voyez :)). Si j'ai bien compris, c'est lui qui fait passer l'instrument du statut d'accompagnement/soutien à celui de soliste doué d'un langage propre (un peu comme, je crois, Max Roach l'a fait pour la batterie). Il joue sur "Waltz for Debby" et on pendant Live dont je ne me rappelle plus le tritre. Et puis à la fin de la vie d'Evans il y a Eddie Gomez, un autre magicien.

Écrit par : OrnithOrynque | 19/11/2006

Que des gens de ECM ou presque...

Écrit par : koan | 20/11/2006

Merci, Passah, c'est noté, Keith Jarret je connaissais, je vais explorer les autres pistes, merci !!! J'attends toujours cette histoire de clou !! Je n'avais pas pu te/vous répondre la dernière fois, les commentaires sont automatiquement fermés au bout de quelques semaines...
OrnithOrynque, bienvenue, ma liste se complète, c'est fabuleux !!! Laissez moi le temps d'écouter tout ça !! Bill Evans, oui, ça j'ai !!
Koan, les "catalogueurs" : ;-))
Anne, joli triplé, merci !!
Baudelaire pour Vénus, j'espère qu'elle appréciera. Anyway toujours du pur style, vos citations, merci " "

Écrit par : Fleur | 20/11/2006

C'est amusant que nous évoquions en même temps la musique. Encore une connivence ?
Beau moment en tout cas.

Écrit par : all-zebest | 21/11/2006

corps = porcs (anagramme).
C'est quand même bizarre, cette coincidence.
Pas de quoi surprendre un curé.

Écrit par : Marcel | 22/11/2006

Un anagramme ne prouve rien.

Écrit par : koan | 22/11/2006

Ils annoncent souvent la couleur de leurs découvreurs par contre .

Écrit par : | 22/11/2006

Ils annoncent souvent la couleur de leurs découvreurs par contre .

Écrit par : | 22/11/2006

Anagrimmes alors...

Écrit par : koan | 22/11/2006

All, merci d'être passé... La musique... !!!

C'est vrai, Marcel, vous avouez tout un pan de votre personnalité grâce à cet anagramme que vous mettez en lumière !! Je suivrai votre lien pour en avoir le coeur net !
" " et Koan, bonjour bonjour !

Écrit par : Fleur | 22/11/2006

Fleur, vous pouvez m'aider : je cherche un chanson de marin qui évoque Brisbanne, ça ne vous rappelle rien svp ?

Écrit par : koan | 22/11/2006

non, ça ne me rappelle rien, il faut appeler quelqu'un d'autre au secours :
AU SECOURS ! Une chanson de marin qui évoque Brisbane !!!!! Quelqu'un a une idée ??

Écrit par : Fleur | 22/11/2006

N'ameutez pas toute la côte !

Écrit par : koan | 22/11/2006

j'ai trouvé ce site qui regorge de chants marins..
http://www.hisse-et-oh.com/chants/index.php

Écrit par : ananana | 22/11/2006

Contrebasse ...
Contrepétons donc et ça boncretasse ou bon creux tasse.
Bizarrement bon creux et tasse ça en rappelle des choses coquines ou cochonnes.
Ce ne sont pas que des hasards...
Chaque mot recèle en lui un secret...

Que cache le mot Amour?
Énigme résolue...
Cherchez..

Écrit par : Marcel | 23/11/2006

Est-ce que contraire de contre-basse est contre-(ha)UT ?

Écrit par : koan | 23/11/2006

C'est pro-haut :)

Écrit par : Marcel | 23/11/2006

Oui, mais le "contre" étant un contraire en soi, le contraire d'un contraire reste un contre !

Écrit par : koan | 23/11/2006

Ps. Ou l'inverse, oui bien entendu, vous avez raison, comment n'y avais-je pas pensé plus tôt ? (Tiens, "pense" et "panse" se ressemblent beaucoup aussi... Assez avec ces pensées bien remplies...)

Écrit par : koan | 23/11/2006

que cache le mot Amour ??? Je n'ai pas trouvé !!

Écrit par : Fleur | 23/11/2006

MARCEL, pourquoi ne peut-on pas laisser de commentaires chez vous ??? Vous adorez jouer avec les mots, je ne suis plus sûre que votre anagramme dévoile quoi que ce soit sur vous ;-)

Ananannanananana : je savais bien sûr que c'était toi !! Koan a-t il trouvé sa chanson grâce au lien ??

Écrit par : Fleur | 23/11/2006

Sais pas. Khoan a une flemme mastoc aujourd'hui...Mais merci très beaucoup à vous-même. Hips...

Écrit par : koan | 23/11/2006

Ps , vous devriez essayer, parmi ces délicieuses aubades, "aller à Messine", si du moins vous avez passé dix huit ans...

Écrit par : koan | 23/11/2006

vertigineux, Koan !

Écrit par : Fleur | 23/11/2006

je viens de mettre en place une boîte de dialogue.
C'est mieux que les commentaires. Un fou m'a inondé les commentaires, plus de 30 messages bourrés d'insultes.

Écrit par : Marcel | 24/11/2006

Moi je suis sûre que la faire vibrer à la façon Fleur aurait suffit... ;)

Écrit par : AxL | 25/11/2006

Moi je suis sûre que la faire vibrer à la façon Fleur aurait suffit... ;)

Écrit par : AxL | 25/11/2006

que cache le mot amour, Fleur, je ne cesse de me poser la question aussi !

Écrit par : (anne) | 25/11/2006

Que cache le mot amour ? Ciel !

Écrit par : koan | 25/11/2006

Alors, Marcel !!?? Que cache le mot Amour ?????

Écrit par : Fleur | 25/11/2006

A ...Eh! oui c'est comme cela que tout commence ...le Ah! accompagné d'un soupir..Ah! qu'il est beau! Ah! qu'elle est ravissante!

M.. Vient ensuite le temps des "aime", je t'aime, tu m'aimes! Et ça s'envole lyrique...

O...Oh! Le Oh! Oh! qu'il est vilain! Oh! qu'il est macho! Oh! qu'elle est salope! Oh! qu'elle est pupute!

U...Putain!elle m'a EU la salope! Il m'a EU le connard! et moi qui croyais que...

R...Tout est foutu en l'AIR!

Ainsi va l'Amour et ses cinq maudites lettres.
Heureusement, qu'il n'en est pas toujours ainsi. Certains (rares, il est vrai) se contentent du couple...de lettres AM et font beaucoup d'enfants.

Écrit par : Marcel | 26/11/2006

"Ciel" ne suffisait donc pas ...

Écrit par : koan | 26/11/2006

(AxL, toi ici !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! merci !)

Marcel, vision terrible. Et vous-même, vous êtes-vous contenté des deux lettres A et M ??? Je n'arrive pas à utiliser votre boîte de dialogues...............
Koan, que pensez-vous de cette vision des choses ??

Écrit par : Fleur | 26/11/2006

En ce moment Salman Rushdie.
Vina Apsara et Ormus Cama.
Bombay et New-York.
Le chant et la mélodie.
Un merveilleux joueur de poker à travers ses yeux plissé, impassible.

Écrit par : georges | 26/11/2006

Désormais, j'adopte ce nom.
Mon petit loup.

Écrit par : Gyorgy | 26/11/2006

bref, misère du Moi, qui ne peut pas se contenter de lui-même...qui veut toujours s'approprier des choses, des êtres...
un salaud, quoi

Écrit par : bouddha | 26/11/2006

Je connaissais la moustache de Nietsche
Mais je ne savais pas Bouddha barbu.

Écrit par : Gyorgy | 26/11/2006

Ce que j'en pense ? Que ce n'est pas une fatalité... ?!?*!...

Écrit par : koan | 26/11/2006

chère fleur,

il semblerait que quelqu'un détourne le blog de marie-gabrielle et peut-être est-il arrivé désagrément à ce cher koan, étrange non?

un message donc adressé à cette cher mg, merci de le laisser affiché quelque temps, qu'elle puisse en prendre connaissance demain.

vous aussi en modération de commentaires, c'est assez fabuleux, ce raz-de-marée

on ne sait toujours pas qui profite de l'absence de marie-gabrielle pour supprimer des commentaires sur son blog:

que sont devenus les écritures vert bouteille et violette?
qui écrit en orange?

une hydre aurait-elle dévoré une tribu de succube?

repositionnons le champ des débats:


CHARMANT PRELUDE

Le train de nuit n'a pas survécu au marécage, son odeur est couverte de fange, un nouveau pilote dirige ce tram. Aux armes d'un cercle amidonné, est-il moins criminelle que celles dont il s'est emparées, appliqué qu'elle est à nettoyer les traces évanescentes de l'innocence? Des embruns rouges irisent le ciel, l'odeur des combats défigure la beauté, quand l'abjection passe les frontières et répand la moisissure sur son passage. Le paysage a l'air tranquille mais le sournois glisse dans son nuage de fumée, dégoulinante de croyance en son pouvoir. Les Jivaros ont entendu l'appel, le feu rugit dans les greniers, les poisons sont armés.

LA RECOLTE DES ECHOS

Les échos du bonheur ruissellent en parpaings verts ou en ondes scarificatrices suivant les milieux ambiants. Leurs multiples fragrances reflètent la hauteur des inversions temporaires et des oublis rétroactifs, rappels des mémoires transgéniques inscrites à l'orée d'un bois de saules calcifiés. L'écho du bonheur surgit toujours au détour d'une surprise, vapeur savoureuse d'étonnement actualisé, ombre légère de souvenir évanescent, filament symphonique de sortilège silencieux. Dans certains champs sphériques se cultivent ces plantations abondantes d'échos irisés par la foudre que cueillent nonchalamment d'étranges promeneurs au satin écorcheur de velléités tragiques, passants désabusés dont les sourires carnivores déploient les stances hallucinées de l'outre-rien hémophile.

AVEC LA FOUDRE

Une fragrance étincelante
Nimbe ton aura d'Amoureuse

Bienvenue à toi ô Vivante
Dans l'atmosphère bienheureuse

L'écho d'azur salue l'absente
Dans une étreinte savoureuse

Ta parole devient brillante
De plus en plus entrepreneuse

L'aurore sera éxubérante
Pour célébrer la courageuse


SWAMP DOG

Dans le marais le demi-dieu
Est pour expier ses nombreux feux

Beaucoup de leurres seront présents
Pour soumettre le fils du vent

Des traits de pourpre en oriflamme
Pas de pitié dans cette lame

Attendons le retour du preux
Avec les oreilles et la queue

La roue tourne vers le Levant
Demain entendra-t-il son chant


avec un bonus de fin août dont marie-gabrielle se rappelle sûrement:

ARCHANGELLE
Sur la route de Jéricho elle a trouvé
Le parfum de la poudre et ses pouvoirs

Sa nature explosive l'entraîne
Sur le chemin des éclats de granit

Lames à la main sa cuirasse ruisselle
Des étincelles de l'ambre et du vermeil

Elle cherche l'ultime combat
La glorieuse défaite des consacrés

Magie de la guerre entrailles au soleil
Duel des transparences dans l'opacité

INNOCENTS CRIMES
L'innocence aux mains barbelées déchire les voiles amidonnés d'un volcan assoupi. Porté par l'écho de la voix verte s'éveille le parfum des assassins, ranimant la braise qui étouffait sous la main anxiogène et indélicate du castreur. Sans un mot, les dagues à la main, le courant électrique de la jeunesse se rappelle qu'il fut un jour tueur de roi. Les yeux ouverts sur la mitraille, des braises inversées au fond des pupilles, la lave qui assèche les marais se souvient qu'elle s'appelle Antigone et qu'elle porte en elle l'amour de son frère, inscrit en lettres pourpres sur fond d'éther. Les pleurs de l'acide génèrent les réactions thermodynamiques qui font fleurir les fronts de libération. Dans ses mains d'esclave, elle porte la fureur des éléments, dévorant les chimères invisibles pour éradiquer les fléaux misérables dans un bain régénérant d'ascétique abondance. Le napalm te sourit, enfant de l'harmonie, il n'attend que ton bon plaisir.

Écrit par : gmc | 26/11/2006

j'aime l'am mais je crains l'our !

Écrit par : (anne) | 27/11/2006

J'avais envie de déposer le 80è commentaire. Quel succès !
A bientôt.

Écrit par : all-zebest | 27/11/2006

Bravo, All !!
Anne;finalement ça a marché !
GMC, je ne sais pas si Marie Gabrielle vient par ici, je ne l'ai vue que chez Koan, et je ne sais pas ce qui se passe chez elle,je vais faire un tour...

Écrit par : Fleur | 27/11/2006

A vrai dire je viens d'aller chez MG par le blog de Koan, je ne vois rien qui cloche, quelqu'un peut m'expliquer ??

Écrit par : Fleur | 27/11/2006

Fleur, gmc, marque de camion, laisse des traces de pneus :))) de partout, ne vous occupez pas de ça .

Écrit par : koan | 27/11/2006

Pour moi, j'en ai fini d'écraser cette punaise .

Écrit par : koan | 27/11/2006

Koan, courageux devant les fleurs du vide, reçoit une réponse à son insulte à la poésie et, aussitôt, ce brave garçon ferme son blog. gmc t'a fait un texte, esclave, inutile de remercier, c'est cadeau, on ne facture pas les renégats, ils savent s'offrir eux-mêmes leurs ardoises de souffrances à venir.
bon courage à toi, pauvre enfant.

Écrit par : gmc | 27/11/2006

C'est pour éviter les cochons que je contourne les bouges.

Écrit par : koan | 27/11/2006

Pardonnez-moi Fleur... je me calme. Il ne faut pas se tromper de combat.

Écrit par : koan | 27/11/2006

Les commentaires sont fermés.