Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2006

Fin

         Je refusai. J’étais épuisée par les crampes et la chaleur, j’aurais voulu m’allonger de tout mon long sur la terre-battue, pour en éprouver la douceur, pour en savourer l’odeur, pour en tester la saveur. Je me voyais bien vautrée là pour l’éternité, seule, déesse silencieuse dans une léthargie de poussière rouge. Les deux mortels de l’autre côté du filet ne se parlaient plus. Il fallait sans fin renvoyer la balle et sans fin l’entendre rebondir contre les cordes puis sur le court, il fallait sans fin vérifier son empreinte à limite du terrain – out ! – et surtout il fallait sans fin faire semblant d’amorcer un cinglant service, et sans fin changer de côté.

         Si je l’avais fait c’était sans y penser, juste à cause de la chaleur, je n’en pouvais plus, obsédée par l’envie d’envoyer valser T-shirt et jupette dont le tissu était trop épais – pour un tombé parfait – et l’idée d’en finir au plus vite. Je n’avais pas imaginé le joyeux chahut du public et l’ovation qui suivraient, mon numéro n’était pas prémédité, quoiqu’en ait pensé mon partenaire en me voyant dégrafer ma jupe et la laisser tomber à mes pieds, dans l’espoir de me sentir plus légère. Dessous, comme à chaque match, j’avais enfilé un micro-short moulant noir, mais le public était resté un moment frappé de stupeur  avant d’éclater en tonnerre d’applaudissements, de sifflets, de cris. Il avait fallu saluer à la façon d’une star adulée des foules, et reprendre – en micro-short - le match là où il en était – et ma mère, là-bas, sur le côté gauche, acquiesçait c’est ma fille – avant de le conclure de quelques coups droits croisés bien assénés sous le regard dégoûté de notre rivale malheureuse.

          Le peintre a donné son dernier coup de pinceau avant de partir à l’assaut du quatrième étage, et la peinture en séchant a pris une teinte légèrement plus claire. Les co-propriétaires sont satisfaits de l’allure que prend l’immeuble.

Commentaires

C'est à décourager tout commentaire.

Écrit par : koan | 23/10/2006

Joliii !!!

Écrit par : MrBlue | 23/10/2006

Et mais le micro-short noir c'est le même que Monica Seles...

Écrit par : MrBlue | 23/10/2006

et dire que maman applaudit les frasques de sa fille...
Ah les mères toute de même !

j'espère que la peinture du mur est réussie...

Écrit par : holly | 23/10/2006

de l'audace Fleur..! car il me semble que le tennis en France est un milieu, avec des codes stricts et assez puritains, non ?!

Écrit par : anne | 23/10/2006

Anne, j'imagine que ça dépend de l'endroit où l'on joue !
Holly, c'est vrai, les mères...
Mr Blue vous n'avez pas les yeux dans votre poche !
Koan, courage !

Écrit par : Fleur | 24/10/2006

Tu veux jouer avec moi ? ;-p

Écrit par : Pulsar, short of breath... | 24/10/2006

Tout est bien qui finit bien en somme, comme si le tableau avait précédé l'histoire . Oh pardon !

Écrit par : Simone | 24/10/2006

C'est bizarre lorsque je clique sur le lien "8 commentaires" je n'en vois que 3 !!!!!

Écrit par : MrBlue | 24/10/2006

tiens, votre ordi est sélectif ? Quels commentaires affiche-t il ?? Vous venez en tout cas de signer leneuvième et le mien est le dixième... ;-)

Écrit par : Fleur | 24/10/2006

Pulsar, bien sûr mais ne t'imagine pas que je vais enlever ma jupette pour tes beaux yeux ;-)
Simone, vous avez la conclusion...

Écrit par : Fleur | 24/10/2006

Leur corps est une plume
Ils aspirent, ils respirent
Dans cette vie qu'ils écument
Sans repentir ni devenir

Loin des délires de la foule
Ils combattent cette douleur
venue pour jeter le trouble
Au rythme intense du cœur

Efforts thermodynamiques
Accommodés d’intuition
dans ce vent de panique
que domine l'information

Le corps, l'esprit en cadence
Effluves automatiques
Emportent dans la danse
Les organes neurasthéniques

Ces vaniteux « puent la sueur »*
Composent la même chanson
Simplicité de pur bonheur
D’une inutile raison

* Et je suis des leurs

Écrit par : stowaway | 24/10/2006

Leur corps est une plume
Ils aspirent, ils respirent
Dans cette vie qu'ils écument
Sans repentir ni devenir

Loin des délires de la foule
Ils combattent cette douleur
venue pour jeter le trouble
Au rythme intense du cœur

Efforts thermodynamiques
Accommodés d’intuition
dans ce vent de panique
que domine l'information

Le corps, l'esprit en cadence
Effluves automatiques
Emportent dans la danse
Les organes neurasthéniques

Ces vaniteux « puent la sueur »*
Composent la même chanson
Simplicité de pur bonheur
D’une inutile raison

* Et je suis des leurs

Écrit par : stowaway | 24/10/2006

Et en boxe, quelle est votre arme de fille ?

Écrit par : koan | 25/10/2006

justement, mon amour de la boxe vient du fait que là, je ne peux pas tricher ou faire semblant. Si je ne boxe pas, je me fais mal.

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

Votre écriture? Du masochisme alors ?

Écrit par : Simone | 25/10/2006

la boxe est son écriture.
si elle n'écrit pas, la peur lui fait mal.

Écrit par : gmc | 25/10/2006

à ce sujet, un proverbe japonais:
"l'espoir et la crainte ne changent rien à ce qui doit advenir"

Écrit par : gmc | 25/10/2006

Simone, l'écriture, je ne sais pas, je ne la choisis pas vraiment comme j'ai choisi la boxe. Gmc a raison, savoir que je peux écrire me protège de la peur. Et vous ??

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

L'écriture ne me protège de rien . Au contraire. Elle fout en l'air mes protections . Ceci dit c'est vrai qu'on ne la choisit pas . Par contre on peut choisir de ne pas écrire .

Écrit par : Simone | 25/10/2006

gmc a dit "la boxe est son écriture" et vous avez dit "gmc a raison" . Cela rejoint la lecture que je fais de vos textes . Jusque là ok . Mais quelque chose cloche . Je n'ai pas oublié que vous m'avez affirmé ne jamais parler par métaphores ...

Écrit par : Simone | 25/10/2006

fout en l'air vos protections ? vrai aussi, malgré tout. Vue d'ici vous avez l'air écorchée... ?

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

Ecorchée n'est pas le mot . A la fois sensible et burinée serait plus exact .

Écrit par : Simone | 25/10/2006

burinée... C'est moins animal !

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

plus "artistique"

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

il faut que je coupe l'ordi mais je reviendrai plus tard, pour voir si vous m'avez répondu

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

Fleur! C'est vous qui ne m'avez pas répondue !

Peut-on dire du vent qui burine la peau des marins qu'il est artiste ?

Écrit par : Simone | 25/10/2006

Fleur est prisonnière de Circé.
Simone envie-t-elle le destin de Scylla?

Écrit par : gmc | 25/10/2006

Et toi de Charybde ? ...Pendant qu'on y est ...

Écrit par : Simone | 25/10/2006

il est toujours recommandé d'écouter les conseils des morts, même - et surtout - quand on a des tendances autistes.

Écrit par : gmc | 25/10/2006

Chacun chez soi gmc ; les morts n'ont de conseils à donner qu'aux morts, et les vivants à n'en recevoir que des vivants .

Écrit par : Simone | 25/10/2006

Enfin pour les morts ...je suppose .

Écrit par : Simone | 25/10/2006

sauf que "les vivants sont les morts et ce sont les morts qui sont vivants" (Saul de Tarse) et que les morts se foutent totalement de l'usage que les autres font d'éventuels conseils qu'ils auraient pu donner.

Écrit par : gmc | 25/10/2006

Encore faut-il pour se dire "mort" et "vivant" être "né à nouveau "Jean 3.3...

Écrit par : koan | 25/10/2006

Simone, je n'avais pas vu votre commentaire à propos de "gmc a raison" : je parlais de son "si elle n'écrit pas, la peur lui fait mal"...
"La boxe est son écriture", comment l'entendez- vous ? Qu'est-ce qui cloche ?? Métaphores, jamais, je persiste !

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

ça ne change pas grand chose ce que tu racontes, au fait que les vrais ou faux mort n'aient pas grand chose à échanger avec les faux ou les vrais vivants . Je respecte la vérité de ton tombeau grouillant de vie gmc mais franchement ça n 'est pas là que je chercherai une recette pour faire bouillir ma marmite de vivante vraie ou fausse .

Écrit par : Simone | 25/10/2006

Fleur ! Je continuerai à vous écouter . Je n'ai pas encore bien compris .

Écrit par : Simone | 25/10/2006

On arrive à tout avec un short noir...

Écrit par : koan | 25/10/2006

très vrai, Koan ! C'est bon à savoir ! N'oublions pas qu'ils'agit d'un MICRO-short...

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

Je n'ai jamais essayé de micro-short...Ni de jupette plissée non plus. Si je l'avais fais, ma mère aurait-elle dit ; "C'est mon fils" ? :))

Écrit par : koan | 25/10/2006

J'imagine la scène !!! ;-))))))))))))))

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

Non, vous ne pouvez pas imaginer...Ce serait trop horrible, traumatisant. Et en plus je ne suis pas l'ami des balles, dès qu'il y a une balle ou un ballon quelque part, je prends ça dans la poire...Monica séles ? En fait, je n'aime pas trop le tennis. Fleur, vous ne voudriez pas vous mettre au rugby; surtout pour le calendrier ?

Écrit par : koan | 25/10/2006

moi j'ai fait du tennis pendant quelques années..ah oui c'est bien de calculer l'adversaire, de le sentir au bout de sa raquette, non ?! enfin ça fait longtemps que je n'en ai pas fait.. oooh Koaaan... Fleur en rugby(wo)man posant sur un calendrier !!? vous n'avez pas honte ;-) ?!

Écrit par : anne | 25/10/2006

Koan, je déteste le rugby et les rugbymen, mais si vous posez en jupette de tennis, je peux y réfléchir... Tout le monde veut voir votre photo d'ailleurs !!!!

Écrit par : Fleur | 25/10/2006

Le kilt me sied à ravir, mais ne le répétez à personne. Ma photo ? Vous n'avez qu'à chercher un calendrier !

Écrit par : koan | 25/10/2006

:))

Écrit par : anne | 26/10/2006

Ben quoi, je suis pas mignon tout plein ?

Écrit par : koan | 26/10/2006

brrrrrrrrrrrrrr !

Écrit par : Simone | 26/10/2006

Fleur, vos derniers textes me plaisent beaucoup... vous y avez une energie fascinante... au passage, il devait etre fortement agréable de vous croiser en micro-short sur ce terrain...

Écrit par : sios | 26/10/2006

Et bien moi mes textes préférés sont "rouge" et "dans la peau de Zeus". J'ai le droit qe dire ça Fleur ?

Écrit par : koan | 26/10/2006

Adorable
l'innocence qui ne démord pas
sur un visage bafoué .

Écrit par : Simone | 26/10/2006

Bien sûr vous, avez le droit, Koan, ça me fait même plaisir de penser que vous avez des préférés parmi mes textes !! (On dirait que Simone a craqué pour votre photo)
Qui encore me donnera le titre de son préféré ??
Sios, merci...

Écrit par : Fleur | 26/10/2006

Moi je les trouve réussis parce que très travaillés vos textes . Je ne sais pas si c'est de l'art ( parce que nulle sur la question) mais c'est en tout cas du très bon artisanat d'art .

Écrit par : Simone | 26/10/2006

je n'ai pas tout lu encore, mais j'adore "rouge" "cache-cache" "les robes prétextes" "ma vieille catin", je suis sûre qu'il y en a pleins d'autres ! et j'aime tout je crois. Avez-vous déjà publié Fleur ?

Écrit par : anne | 27/10/2006

"le magnifique" aussi !

Écrit par : anne | 27/10/2006

Rappel
Il y a eu 2 photos de Koan sur mon blog, dont une ou il était habillé d'une guitare !!! Ne vous précipitez pas j'ai du enlevé les billets pour en mettre d'autre...

Écrit par : MrBlue | 27/10/2006

2 fautes dans mon commentaire précédent c'est une fin de semaine chargée, soyez indulgents ! Il y a un mot en itallique qui me plaît beaucoup dans votre texte appelé "Fin" (juste au-dessus) cette idée de "tombé" parfait est le signe d'une coquetterie féminine qui recherche la perfection même au coeur du "combat", contre les adversaires mais aussi contre la châleur... J'aime !

Écrit par : MrBlue | 27/10/2006

Simone, je me fiche aussi de savoir si on peut appeler ça de l'art... Merci.
Anne, jamais publié !
Mr Blue, je me souviens des deux photos, je crois : sur la première on voyait Koan de dos, en pied, marchant sur une route de campagne ? Sur la deuxième, on ne voyait que sa guitare et son corps (assis) du torse aux genoux, et ses mains sur la guitare. Mais pê que la première était sur son propre blog ?? (pour le fait de chercher la perfection, c'est aussi un défaut...)

Écrit par : Fleur | 27/10/2006

Je me permets de bifurquer un peu sur les métaphores.
pourquoi, Fleur, tenez-vous à dire que vous ne parlez pas en métaphores ? (si j'ai bien compris)
(ps. je n'ai rien pour ou contre , je me pose cette question, c'est tout)

Écrit par : anne | 27/10/2006

Oui moi aussi je me la pose, parce que j'ai reçu votre dénégation comme un direct du droit .

Écrit par : Simone | 27/10/2006

Parce que si je dis "je suis un flamboyant du Sénégal" (c'est un arbre) par exemple, c'est que je le ressens exactement comme ça, et je trouve ça scandaleux que quelqu'un puisse croire que c'est juste une image pour faire joli (mais je ne suis pas folle), ça revient à nier tout ce que je suis de dire "c'est une métaphore",
et si on nie ce que je suis, (alors que je sais bien, moi, que je suis aussi un flamboyant du Sénégal et que personne au monde ne peut savoir ce que je ressens au fond de moi), c'est d'une violence inouïe.
D'autre part je ne suis pas assez intellectuelle pour élaborer des métaphores pour parler de l'art, de la vie, de l'amour etc.
Et pour finir, il n'est pas impossible je pense de trouver des images utilisées comme images dans mes textes, mais à ce moment là j'écris "comme" ou "à la façon de" je crois.
Simone, je sais que je suis parfois cassante dans mes réponses, c'est pour aller droit au but, rien d'agressif...

Écrit par : Fleur | 27/10/2006

Je comprend Fleur ...Excusez-moi . Avant je n'avais pas compris .

Écrit par : . | 27/10/2006

Et merci, parce que maintenant je peux commencer à vous lire .

Écrit par : simone | 27/10/2006

vous n'avez pas à vous excuser !! je suis vraiment contente que vous ayez pu comprendre sans me traiter de folle ;-)

Écrit par : Fleur | 27/10/2006

Après l'art la folie ?
Si on laissait tomber ?

Écrit par : simone | 27/10/2006

oui la métamorphose alors au lieu de la métaphore :)

Écrit par : anne | 27/10/2006

sauf que le flamboyant du Sénégal, il demeure là, en vous..donc rien à voir avec la métamorphose, je voulais "faire joli"(grand sourire bêta !) (c'est même pas joli)(pff)

Écrit par : anne | 27/10/2006

Vous ne saurez jamais ce que j'aurai "compris" Fleur .

C'était le sens de: "Si on laissait tomber ?"

Bonne journée .

Écrit par : simone | 28/10/2006

OK Simone, restons en là, je me sens assez ridicule d'avoir essayé de vous expliquer ce que je ressens, sans avoir compris que vous vous en moquiez (dans les deux sens du terme) éperdument. Si vous êtes pauvre en sensations, je n'y peux rien, et si vous manquez d'empathie au point de ne pas comprendre tout ce qui n'est pas vous-même, je n'y peux rien non plus.

Écrit par : Fleur | 28/10/2006

Drôle de logique que la votre Fleur !

Écrit par : simone | 28/10/2006

où est-il question de logique ???

Écrit par : Fleur | 28/10/2006

O.K. Je tope.

Écrit par : Georges | 28/10/2006

Georges !

Écrit par : Fleur | 28/10/2006

Votre interprétation de mon com pardine ! C'est bien justement quand que je laisse tomber toute grille de lecture en abordant vos textes , que j'abandonne aussi mes repères égotistes ... Mais à partir de là distance... Ce que vous dites vous-même d'ailleurs quelquepart, j'ai pas rêvé ... (cf: "déraison )

Écrit par : simone | 28/10/2006

Simone, je ne suis peut-être pas très en forme, hoy !
Je crois que je ne comprends rien à rien, Georges peut témoigner.

Écrit par : Fleur | 28/10/2006

Petite chose !!! ( sourire)

Écrit par : simone | 28/10/2006

..y aurait-il un virus qui passe ? je ne suis pas en forme moi non plus

Écrit par : anne | 28/10/2006

Simone, vous êtes parfaitement inaudible.

Écrit par : Alphonse | 28/10/2006

Comme les prémices d'un virus on dira alors .
ça me va .

Écrit par : simone | 28/10/2006

J'ai lu par hazard de toi un texte sur la boxe du 19/07/2005. C'est une merveille.
Cette énergie du boxeur dans la solitude. La force répétée comme un receuillement; un receuillement du corps.
Le son mat de l'effort.
Les bras de Dieu.
Les bras devenus bras.
Les mains en poings comme rectitude morale.
Dans un espace portant étrangement guérrier.
Le boxeur et le bronze. La noblesse du bronze, plus glorieuse que le pacha en or. Autant peut-être que l'oiseau d'argent.
Pensons aussi : concentration non dissimulée du visage du boxeur. Qui dans la vie de tout les jours agit aussi entièrement que le boxeur?
Il y aura de par le monde toujours beacoup plus de majorettes que d'hommes ou de femmes se consacrant à la boxe. Des majorants, des majorantes.
Relier la boxe aussi aux cérémonies tribales, aux danses tribales ou l'on se livre exceptionnellement à une dépense d'énergie considérable.
La dépense,...

Écrit par : Georges | 29/10/2006

En attendant le cinquième étage, vous nous racontez une 'tite histoire siou plait ?

Écrit par : koan | 29/10/2006

Georges, vous étiez sensé me taper dessus, je suis déstabilisée, mais j'aime beaucoup ce que vous dites, les cérémonies tribales, oui exactement !!
Koan, j'y pense... Vous êtes enfin là !!

Écrit par : Fleur | 29/10/2006

on commence dans la douceur, les émotions partagées, quelque chose de rare qui me plaît tant et je ne sais pourquoi, ça bifurque vers d'autres sentiments étranges... il se passe tellement de choses ici, on ne peut certainement pas craindre la fadeur, le convenu, le tiède, il y a de la sève qui coule à gros bouillons...
Fleur, vous faites si bien les choses...

Écrit par : holly-Ivy | 30/10/2006

Parler du ring et de l'élasticité des limites.
Du coin et de l'éponge.
Du sang versé.

De l'attaque nichée dans la défense, de la défense sublimée dans l'attaque.
Du recul rusé, de la plongée généreuse.

De la rapidité de l'alternance : Gauche-Droite.Gauche-Droite. Gauche-Droite. DROITE-GAUCHE.
De l'uppercut. Du "U" dans Uppercut.

Un bon boxeur "quadrille" son adversaire. Lui tourne autour. Ignore le sol. Connaît son ring.

Du son de cloche qui retentit dans le mot ring.

Écrit par : Salt Lake City | 01/11/2006

Fleur se rendant à son entraînement en gands de boxe. Pour le passant étonné, c'est un peu apercevoir, au détour d'une rue noire, un renard en cravate.

Écrit par : Georges | 01/11/2006

Pour l'homme qui garde son sang-froid jusque dans les circonstances les plus extrêmes, c'est avoir devant soi une très belle jeune femme qui jouit en secret, dans les rues noires, de sa propre fantaisie, de sa propre étrangeté.

Écrit par : Georges | 01/11/2006

A bientôt.

Écrit par : QuiTuSais | 01/11/2006

Georges, je jurerais que vous avez fréquenté les salles de boxe ! Etes vous déjà monté sur un ring ? Ca vous inspire et ça me fait plaisir, merci pour ces commentaires, et pour le renard à cravate ;-)
Holly, ce sont les visiteurs (dont vous-même) qui font si bien les choses sur ce blog...

Écrit par : Fleur | 02/11/2006

Mais où est st françois de sales dans cette histoire ? :))
De salle de boxe, bien entendu...
Si vous aviez rusé de la même manière à la boxe, il vous eu fallu tomber le short...Acclamations garanties, et bonne aubaine pour un uppercut...

Écrit par : koan | 02/11/2006

ça me rappelle Charlot ou peut-être Buster Keaton qui faisait tout sauf boxer sur le ring, dans un court métrage...

Écrit par : Fleur | 02/11/2006

oui ! je vois charlot dans cette scène, splendide..! c'est dans quel film déjà ?

Écrit par : anne | 03/11/2006

Oui c'est Charlot...

Écrit par : MrBlue | 03/11/2006

... Et c'est ici http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlot_boxeur
Sublime !

Écrit par : MrBlue | 03/11/2006

A quand le commentaire n°100 que je gagne encore une fois ?
1er prix la jupe !

Écrit par : MrBlue | 03/11/2006

Tant que c'est pas le short...Je prends quant à moi plutôt les gants, des gants de tennis ça ne court pas les rues.

Écrit par : koan | 03/11/2006

J'aime ce que vous écrivez

Écrit par : koan | 03/11/2006

J'aime et même j'attends vos commentaires.

Écrit par : koan | 03/11/2006

Je vous préfere en robe rouge. J'aime votre ton à la fois enthousiaste et tranché.

Écrit par : koan | 03/11/2006

Alors venez lire mes poèmes sur hautetfort, en suivant le lien de mon blog chez free. Je les aime, pourquoi ne les aimeriez-vous pas ? Mille mercis pour vos signes d'amitié.

Écrit par : koan | 03/11/2006

merci plutôt à vous, je vais venir les lire, je garde un bon souvenir de votre blog haut et fort,
j'arrriiiiive !!!

Écrit par : Fleur | 04/11/2006

Mr Blue, merci pour le lien, Anne doit être contente elle aussi de l'avoir !!

Écrit par : Fleur | 04/11/2006

Mr Blue, cette fois ci, il me semble que c'est Koan qui a gagné le n° 100. mais je crois qu'il s'est appliqué, 5 directs à la suite, les leçons de tennis (ou de boxe) de Fleur ont porté leurs fruits. et pendant ce temps là les peintres montent à l'étage... ou sont arrivés sur le toit?
bonne vie à vous :-)
au fait Fleur, moi je ne sais pourquoi, c'est le texte sur Ligetti que je préfère toujours, même si je ne connais pas sa musique.

Écrit par : kintana | 05/11/2006

Je ne suis jamais monté sur un ring ma fleur. On peut parfois se faire sur un sujet une idée assez précise en imagination.
Mais j'ai quand-même quelques notions en danse. Disons que je sais ce que c'est que de se déplacer dans l'espace.

Je suis en tout cas très heureux que tu apprécies mes petites interventions.
Je te trouve de jour en jour plus adorable.

-Bonjour mademoiselle.
-Bonjour monsieur.
-Puis-je rentrer?
-Oui. De quoi s'agit-il?
-Faire un peu de peinture sur votre joli corps.
-Quoi?!
-Faire un peu de peinture sur votre joli corps, mademoiselle. Et il ne s'agit pas d'une initiative personnelle, c'est une consigne du propriétaire. Il a dit :"recouvrez tout; murs et occupants".
Mmmmh, d'accord.

-Bon, voilà; du turquoise sur vos seins. Voyez, je m'arrête bien au galbe. Je travaille proprement mademoiselle.
-Vos tétons violets et blancs.
-Mais vous fignolez, monsieur!
-Oui,oui; c'est bien normal, vous savez; je fais mon travail.
-Vos pieds or et bleu clair où joue un fin tracé décoratif argent et vert-de-gris.
Notre peintre à ce moment ne sut réprimer une rougeur.
-Mademoiselle... Je dois maintenant m'occuper de...
Et il désignait d'un doigt tremblant le bas du dos de Fleur.
-Ah oui, mon derrière, mon cul si vous voulez. En quelle couleur?...
-Deux couleurs, mademoiselle : pourpre et bleu.
-Une fesse pourpre et l'autre bleue?
-Non, mademoiselle. Je commence au bas du dos avec du pourpre, et je peins de bleu l'autre moitié jusqu'au début des jambes.

-C'est fini? C'est joli.
-Pas tout à fait. Jaune votre nombril. Et noire vos lèvres. A moins que vous ne les préfèreriez peintes d'un vert sombre.
-Non monsieur. Je les veux d'un blanc immaculé.
-Bonne idée. Seriez vous peintre aussi?
-Non, mais j'ai quelques idées sur la beauté.

-Alors voilà, j'ai fini. Peignez-moi à votre tour.
-Est-ce bien normal? Est-ce aussi dans les consignes de l'exigeant propriétaire?
-Heu...
-Allons...allons, d'accord, mais en plus radical. Noir ou blanc! Dit-elle, espiègle.
-Gris, mademoiselle. Gris brillant. Et le corps traversé d'ombres oranges.
-Bon.
Et fleur de se mettre au travail.
Appliquée, douce; se reculant parfois, de quoi prendre le recul nécessaire pour juger son travail.

Fin de la premire partie.

Écrit par : Georges | 05/11/2006

Hé bien Georges, votre imagination est sans égale... La danse et la boxe : très liées, selon Muhammad Ali, mais que dansez-vous ?
Je réclame la deuxième partie !!

Ligeti, Kintana, il faut l'entendre...

Écrit par : Fleur | 06/11/2006

oui Fleur ça me fait plaisir et depuis longtemps.. je ne pouvais dévoiler ce lien vers l'univers fragile, sensible, et en colère, pour vous Fleur : difficile de se taire !! je suis contente que ce soit fait

Écrit par : anne | 06/11/2006

Les commentaires sont fermés.