Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2006

Déraison

Longtemps, j’ai travaillé à ma déraison. Avec sérieux et constance, sans jamais rechigner aux sacrifices. J’ai dépensé toute mon énergie et plusieurs années à devenir enfin déraisonnable. Vierge de tous codes. Il n’existe plus aucun groupe au monde dans lequel je puisse me glisser. Partout étrangère, et pour cette raison, partout plausible. Dans la vie quotidienne, je suis liante et chaleureuse avec ceux qui m’importent peu. Les personnalités singulières qui m’attirent, je n’aspire qu’à les contempler.

Commentaires

Texte affolant. (Moi, c'est exactement l'inverse, j'essaie de sortir d'où vous êtes, j'essaie de trouver famille dans toutes les familles) ...Quel texte Fleur...

Écrit par : koan | 29/09/2006

oui mais quand vous cherchez la fusion toujours et partout et que toujours et partout vous êtes déçu parce que la fusion est impossible, vous finissez par ne plus la rechercher, par fuir... Par être plus détaché dans vos relations avec tout le monde (donc liant) et ceux avec qui vous souhaitez encore la fusion, vous n'osez plus les approcher, de peur d'être déçu encore une fois (> il faut se contenter de la contemplation)

Écrit par : Fleur | 29/09/2006

(qu'est ce qu'un trashbacks?)
merci Fleur ! (je n'arrête pas d'effacer et de réécrire mon com..j'hésite à parler de vous..) vous avez une belle écriture, une puissante personnalité qui se dégage, et dont je ne perçois je crois qu'une infime partie..! un peu comme un trésor enfoui :-)

Écrit par : anne | 29/09/2006

on doit se mesurer, se distinguer, affirmer un moi par rapport à autrui, pour créer une étiquette qui nous laisse un passe ou non dans le groupe..cela m'effraie un peu.
J'ai souvent été mal dans les discussions de groupe, ou alors au contraire je suis tout fait bien, et alors oui c'est pareil, c'est que je m'en fous totalement de la suite des événements..ça ne peut pas durer bien longtemps.
Quels sont les codes dont vous parlez ?

Écrit par : anne | 29/09/2006

Vous apprécieriez que je vous dédie mon dessin "solitude " ?
A vous lire, vous renoncez à la communion de crainte d'être déçue. Mais une communion SANS ATTENTE, bienveillante, c'est une chose possible ? On ne trouvera pas, mais c'est en cherchant qu'on ressemble à une boule de neige qui grossit en roulant dans la neige.

Écrit par : koan | 29/09/2006

Ps. De toute façon, la contemplation est plus désirable que la fusion. Vous parlez (excusez-moi) comme une amoureuse; une mystique qui passe par un état de désert.

Écrit par : koan | 29/09/2006

trackback : je ne sais pas vraiment, ça ressemble à un lien que l'on fait à partir d'un texte vers un autre... Mais là j'ai cliqué, mystère...

Les gens évoluent dans des groupes (d'amis par exemple mais la catégorie socio-professionnelle est aussi un exemple, ou le milieu d'origine, n'importe quel lieu où des gens se retrouvent régulièrement, même la sortie d'école, le bar du coin, le square), dans lequel ils parlent tous la même langue, ils sont sur la même longueur d'onde, ils ont les même références, les même centres d'intérêt, la même façon de voir le monde, les même gestes, le même humour, et surtout ils n'ont pas besoin de vérifier que ceux qui les entourent partagent ce que j'appelle les même "codes"... on pourrait même dire "complicité"
Je ne suis pas sûre d'être bien comprise, mais les groupes qui s'affrontent (politique par ex) ont eux aussi les même codes. Pour s'affronter, il faut nécessairement les même codes, non ?
Je suis peu claire, j'ai le dos bloqué et un lavabo bouché, la journée est mal fichue !

Écrit par : Fleur | 29/09/2006

Koan, oui, ça ressemble à ça (amoureuse du monde qui serait éconduite et désespérée), et j'adore l'idée que vous me dédicaciez le dessin !!

Écrit par : Fleur | 29/09/2006

:-)) bon courage alors !

Écrit par : anne | 29/09/2006

"Fuir la fusion de peur qu'elle ne se scinde...." Bientôt dans les kiosques ! Musique de Koan and MrBlue, texte de Fleur.

Eh eh.... une amoureusenée... c'est pas si souvent une âme-soeur ! ;-)

Pour la déraison, quand même c'est plutôt du dé-routage, de la diversion ; "Lier où le lien n'est qu'un code, et décoder le désir quand il vous irait trop bien "

merci pour votre franchise, vous m'étonnez.

Écrit par : varna | 29/09/2006

Mais être élevé hors de tout code... Vous avez "choisi", parce que sans doute votre idéal est élevé, de garder vos distances dans vos relations, mais quand on vous a, enfant, vraiment isolé et poussé à des expériences extrêmes qui vous mettent à l'écart de la vie sociale contre votre gré, que les codes sont pour vous irrémédiablement mystérieux et impénétrables, vous avez un ardent désir de trouver un lieu de consensus même en sachant que ce n'est que pour un instant, une sieste pourrait-on dire." Le fils de l'homme n'a nulle part où reposer la tête". N'appartenir à rien (ne jamais pouvoir dire "nous autres ceci, nous autres cela") c'est réservé aux "forts". Il est facile de rouler des mécaniques au milieu d'un clan, mais autre est celui qui dirige sa barque à l'étoile en ayant perdu le rivage de vue depuis des jours...
En cela je commence à sentir d'où vous viennent vos textes : expression d'une liberté. Quelque chose entre le sage de la montagne et Carmen...

Écrit par : koan | 29/09/2006

Ahah, vous êtes amoureux-né, Varna ? Pour la déraison, je pense que c'est vraiment déraison plutôt que déroutage ou diversion, même si votre démonstration est attirante... Merci à vous, actually.
Koan, j'entends ce que vous dites, je ne peux que me taire, chacun suit son cheminement. Vous nous avez parfois fait entrevoir d'où vous venez. Je me sens proche de vous, je trouve ça vraiment extravagant aux vues de nos expériences à priori opposées. Ca me paraît être une preuve qu'autre chose que les expériences et l'éducation entrent en jeu. Ca me rend heureuse.

Écrit par : Fleur | 29/09/2006

Votre texte me fait comme si je débutais un livre... Et puis vos explications sur les groupes, les codes, toutes ces conneries qui font qu'on fait semblant d'être dans le coup, moi çà me fais suer ! L'important c'est d'être soi-même quel que soit l'ambiance y compris si la journée est noire ou lumineuse...

Écrit par : MrBlue | 29/09/2006

Tu sais, être soi-même, ça va très loin. On se ment à soi-même, on se met dans des rôles, on réagit à des traumatismes enfouis et se dépouiller tout cela ne va pas de soi. Peut-on faire l'économie d'une vraie purification des illusions intriquées qui nous entretiennent dans de fausses images de soi ? Pas si on veut réaliser pleinement notre identité réèlle, celle qui constitue notre vrai NOM (Apocalypse) . Il y a des crises à traverser qui nous acculent à des prises de conscience vitales, mais difficiles. Le simple abandon à une joie de vivre l'instant de manière insouciante n'est pas donné à tous, et repris aux autres... Nous devons entrer dans un CHEMIN et marcher.
"Ora et labora", prière et effort doivent accompagner la grâce, sans quoi, elle resterait lettre morte. Le grain pousse car il ne se satisfait pas de sa réalité de grain, c'est arbre qu'il veut devenir, et que d'efforts pour percer la terre épaisse...Le bonheur n'est pas le bien-être. l'insouciance légère est par trop dépendante des conditions environnantes pour que l'on puisse bâtir dessus. celui qui n'a pas de "croix" n'a pas non plus de "voie". N'est-ce pas mon cher petit frêre ?

Écrit par : koan | 29/09/2006

Il faut que le vieil homme meurt...

Écrit par : MrBlue | 29/09/2006

Fleur, ce que je voulais dire chez Varna, il me semble que Koan l'exprime un peu ici. comme quoi... on est un peu soi-même partout. sentir le chemin, vouloir y marcher, se mettre en route,et rester soi-même en étant déjà ailleurs... qu'est ce que cela voudrait dire alors être vraie? la liberté de ne pas rester statique, dans ses attitudes, ses positions. s'accepter autre, au fil des jours, des humeurs et circonstances, tout en étant remplie de certitudes sur son chemin. 'être enfin déraisonnable'(? ) et alors comment les autres pourraient s'y retrouver dans cet écheveau de nous-même qui ne s'arrête pas de filer... parce qu'on est vivant, hein? donc en mouvement. la créolité me guide en cela qu'on est jamais tout à fait dans un état OU un autre mais dans un état ET un autre. ce n'est pas facile comme chemin... la 'dé-raison' dérange, l'instinctif-intuitif fait peur et amène trop souvent la solitude. les groupes ont besoin de codes, stables (?). mais moi, je commence à oublier le regard des autres pour mieux les aimer (?). bonne vie à toi, Fleur. et merci pour ce que tu donnes ici et dans les commentaires que tu laisses ici et là.
(?)=début de pensée pas encore aboutie...

Écrit par : kintana | 30/09/2006

Je ne souhaite plus la fusion dans l'amitié... j'espère juste un partage, je prends les instants agréables et je n'attends pas plus que ça... Si c'est plus, je serai agréblement surprise. Mais à trop attendre de l'autre, on est forçément déçu :-( Comme toi, j'ai testé...
Mon détachement m'étonne parfois et me trouble même...
Je me demande alors si je deviens insensible à l'autre...

Les groupes ne m'attirent pas, le rôle de clown ou d'extra-terrestre m'y convenait un certain temps, puis m'apercevant que je n'avançais pas, je préférais m'éloigner pour me retrouver et pouvoir être moi-même, sans déclencher les rires.

La contemplation ne te frustre-t-elle pas, vis-à vis d'une personnalité singulière ? Tu manques peut-être quelque chose en ne t'approchant pas davantage... Et si c'est elle qui fait un pas vers toi, comment réagis-tu ?

Prends soin de ton dos, Fleur...
Pour le lavabo, tu as essayé la soude caustique ?

Écrit par : kti | 30/09/2006

@kti. M'est avis que cela se joue à un niveau plus profond. La soude caustique, c'est dangereux.

Écrit par : koan | 30/09/2006

on peut aussi comme une respiration laisser aller une relation.. songer qu'il faut la laisser murir...inspirer doucement, s'imprégner, puis expirer, lâcher..lâcher, partir, sans oublier, préserver, puis revenir pour éveiller, la faire chanter...évoluer ainsi... et construire..?

Écrit par : anne | 30/09/2006

Fleur > Au fond, le lavabo bouché c'est psychosomatique ! (rires)
Et si vous essayiez de dévisser la bonde, une bassine en dessous ? C'est berk mais c'est efficace.

Écrit par : varna | 30/09/2006

Kti, merci de dire tout ça ici... Curieusement aucune frustration dans la contemplation. Je suis heureuse lorsque l'on me permet de contempler sans me forcer à participer. Parfois il me prend l'envie de jouer, et je joue donc, je prends ma place au sein de la comédie humaine, l'espace d'une soirée, d'un dîner... Pour fuir l'ennui en quelque sorte. Il y a quelques temps je ne voulais plus sourire qu'à ceux qui savaient recevoir un sourire, càd les clochards, les malheureux, les laissés pour compte, j'ai eu une haine féroce et active des "bourgeois", des gens qui avaient une place dans la société sans se poser de questions. Maintenant je me calme, je meretire tout simplement, pour ne pas dépenser d'énergie dans la haine...
Anne, bien sûr, j'ai réussi à construire quelque chose comme ça avec au moins une personne sur cette terre, je n'en suis pas peu fière...
Varna, rires, vous situez où mon syphon ? J'ai tout dévissé, bien sûr, mais en fin de compte c'est une simple ventouse classique qui est venu à bout de mes ennuis... De là à y voir une métaphore psychologique...

Écrit par : Fleur | 30/09/2006

Pour Fleur & Anne, le trackback est en effet un lien de cette note depuis une note d'un autre site.

Concernant celui laissé ici, il s'agit d'un nouveau type de spam. Il simule un trackback qui renvoi vers un site sans rapport. Un moyen de se faire de la pub :-/

Écrit par : Okaryn | 30/09/2006

Okaryn, premier comm' ici, bienvenue !! Y a-t il un moyen de le supprimer ?

Écrit par : Fleur | 30/09/2006

Vous pouvez peut-être essayer par l'interface de Haut et Fort/Modification billet... Il y a longtemps que je n'ai pas vu l'envers du décor, chez moi c'est possible.

Écrit par : MrBlue | 30/09/2006

Voilà, c'est fait !!!!!!!! Merci Mr Blue !

Écrit par : Fleur | 01/10/2006

You're welcome Fleur !

Écrit par : MrBlue | 01/10/2006

And I am totally aware comme jean-claude...

Écrit par : koan | 01/10/2006

Bon ben, j'ai été devancé par Mr Blue !

1er comm de ma part ? Il me semblait en avoir déjà laissé... mais d'après Kti c'est bel et bien la 1ère fois... Il faut un début à tout ;-)

Ce n'est pas que je ne passe pas par ici, mais je ne sais jamais quoi répondre à tes écrits devant la tonne de commentaires. Kti l'exprime mieux que moi.

Écrit par : Okaryn | 01/10/2006

Je crois bien vous avoir déjà croisé içi. J'ai pensé à un ocarina, en voyant votre pseudo, cette flute de terre au son merveilleux dont j'ai helas déjà cassé plusieurs exemplaires...(dont un Italien pour lequel je suis presque inconsolable...)

Écrit par : koan | 01/10/2006

L'origine du pseudo est bien l'ocarina ;-) Mais juste pour sa couleur et non sa musique...

Écrit par : Okaryn | 01/10/2006

Yesss !!! :)

Écrit par : koan | 01/10/2006

Raison...déraison...
Mesure...démesure...
Foi...des fois !
vous n'exprimez là qu'une évidence Fleur : Dieu, vous, d'autres et moi n'avons pas les mêmes "pieds", voilà tout...rien que de bien normal finallement, non ?
Pour les "clous" faut demander à Nono (l'ami d'Ulysses) sinon je vous raconterai plus tard l'histoire du quatrième clou qui n'a jamais voulu se laissé forger...(il devait servir pour le deuxième pied du Christ... et c'est pourquoi un seul lui clouait les deux !) aujourd'hui nous ne savons pas où il se trouve mais je sais que les Tziganes courent toujours...
à plus...

Écrit par : Pessah | 02/10/2006

Koan, c'est un peu normal que cela vous ait fait penser à l'ocarina étant donné que je vous en avais donné l'origine sur mon site :-p Bon, on va dire que vous avez une bonne mémoire car cela remonte quand même à juin, époque où vous songiez à un personnage de jeu de rôle ;-)

Écrit par : Okaryn | 02/10/2006

Pessah, racontez moi cette histoire, s'il vous plaît...

Écrit par : Fleur | 02/10/2006

Sincèrement non , Okaryn, je ne m'en souvenais pas, mais c'est parce j'ai joué de l'ocarina quelque fois (quel son ).

Écrit par : koan | 05/10/2006

Les commentaires sont fermés.