Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2006

Rouge

Lundi 28 août 2006.

      Quand je ne suis plus bonne à rien, je me jette à la rue, je retourne regarder à travers la vitrine du magasin de perruques. La rouge à frange soupire sur sa pauvre tête de polystirène blanc, alors que je pourrais secouer la tête comme ça pour la faire danser en descendant le côté ensoleillé de la rue - ma tête rouge à frange dans la foule, incognito.

      Mais je redescends brune, le passager d'une Peugeot me crie une phrase aussitôt prononcée aussitôt envolée, à la façon d'une perruque mal ajustée. Il désigne le trottoir derrière moi, comme si j'avais perdu quelque-chose, mais il rit de me voir vérifier la chaussée : c'était mon coeur, je vous l'ai donné, vous l'avez laissé tomber ! Malgré la file de voitures impatientes derrière la Peugeot, je fais mine de ramasser son coeur sur le trottoir, je rougis en le lui tendant avec cérémonie : je vous le rends. Il ne fait pas d'histoire pour le reprendre, mais au contraire m'envoie des baisers à travers les airs.

Commentaires

oh c'est trop mignon !
..quelles sont donc toutes ces pensées qui traversent votre tête?! c'est très joli ! la perruque rêvée un instant semble prendre les traits du coeur à rendre..

Écrit par : anne | 28/08/2006

Il y a un pétale rouge perdu sur le rebord de ma fenêtre, sous le gris de la vie.
Il n'est pas arriver là par hasard.

Écrit par : raskolnikov | 28/08/2006

Vous allez vous faire des soupirants avec des choses rouges comme cela, s'il était besoin. Vous avez rendu le coeur, mais êtes-vous certaine de l'avoir rendu EN ENTIER ? N'en reste t'il pas une goutelette dans vos boucles , sur vos ongles un joli rouge ?
J'ai bien peur que cet automobiliste ne rentre avec un rien de coeur en moins. Avez-vous attentivement regardé sur le trottoir ? Un pépin, un tout petit pépin ?

Écrit par : koan | 28/08/2006

La vie éclate de milles couleurs avec vous c'est toujours un plaisir de vous lire. Je suis aussi de l'avis de Koan et je suis sûr que vous en avez gardé un morceau... Allez avouez !

Écrit par : MrBlue | 28/08/2006

Wahhh ! Encore un rêve... un court-métrage tout en douceur, sans paroles, car les gestes sont si beaux qu'ils n'ont pas besoin de paroles.
Je te vois avec cette perruque, qui m'a aussi tentée... Je te vois dans le mime, l'intention...
Ce rêve ne peut être en noir et blanc... et pourtant, toutes mes excuses Koan, il mériterait de l'être... En même temps, je sais qu'il faut garder la couleur de cette robe fluide (en mousseline ?), que tu avais essayé juste pour le plaisir :-)
Cette même couleur que l'arbre du sénégal qui nous renseigne si bien sur toi :-)
Mr Blue, Koan ? Vous nous joueriez une musique pour aller avec ce film muet ?

Écrit par : kti | 29/08/2006

Ben oui mais si le film est muet il n'y pas de musique à moins de jouer devant l'écran dan la salle de cinéma comme ça se faisait au début du siècle dernier !!!

Écrit par : MrBlue | 29/08/2006

Oui, c'est ça... C'est exactement ça ! :-)))

Écrit par : kti | 29/08/2006

Anne, vous êtes une incorrigible romantique !
Raskolnikov, le hasard n'existe pas !
Koan, et lemien, croyez vous qu'il soit indemne ??? J'en laisse de morceaux partout où je vais !
Kti, toi aussi, la perruque rouge à frange ça te tente ???
Mr Blue, j'ai toujours rêvé d'assister à une séance de cinéma de ce genre...

Écrit par : Fleur | 29/08/2006

Je ne sais pas pourquoi, mais ça me rappelle un poème de Braudigan que j'adore...

I gave a girl my soul
She looked at it
Smiled faintly
And dropped it into the gutter,
Casually.
God ! She had class !

(de mémoire, je ne suis pas sûre de la ponctuation...)
Toujour aussi ravie de vous lire.

Écrit par : mimylasouris | 29/08/2006

Perruques, déguisements... toujours ! ;-)
ça avance, Mr Blue ? ;-)

Écrit par : kti | 29/08/2006

@ kti... Oui, mais quel sourire accompagne l'accoutrement !

Écrit par : koan | 29/08/2006

et moi qui me trouvait si loin pendant ce temps-là, suivant du regard dans une rue cinglée par une pluie battante cette jolie brune au teint mat et au visage encadré par des boucles brunes et une jolie frange aux proportion parfaites, le corps alerte et nerveux, glissée dans un jean corsaire coupé à mi-mollets laissant découvrir à mes yeux émerveillés des chevilles d'une extrème finesse sur des chassures de sport d'un rouge éclatant...
le rouge était bien sur le troittoir et mon coeur tout attendri aussi !

que tes mots sont bons à lire et comme ils sonnent joliment à l'oreille... la musique est dans les mots... il est doux de te lire à voix haute et de recommencer encore...

Écrit par : holly | 30/08/2006

Mimy, crois-tu que les âmes des garçons finissent dans une gouttière ? Les filles sont cruelles... Le coeur de celui dont je parle finit dans mon blog, est-ce une meilleure fin ??? J'adore ce poème, merci, Mimy la littéraire !

Holly, quel compliment, ça faisait longtemps que l'on ne t'avait entendue !! Tu vois, le rouge est un signe fort, j'aime bien ton histoire, et la pluie est magique,elle fait toujours apparaître des êtres singuliers !

Écrit par : Fleur | 30/08/2006

Rouge sang-coeur.
Comme la jupette et les robes.

Écrit par : Diablo | 30/08/2006

yes, Diablo, et je m'aperçois que ça va aussi avec ton pseudo !

Écrit par : Fleur | 30/08/2006

Diablo-teint en rouge...

Écrit par : koan | 30/08/2006

Dans le nouveau Alice Ferney, "les autres", actes sud, il y a une Fleur. Est-ce le hasard ?

Écrit par : koan | 30/08/2006

Je n'ai jamais lu Alice Ferney... J'irai jeter un coup d'oeil à lalibrairie !

Écrit par : Fleur | 30/08/2006

Ah... "La conversation amoureuse", exceptionnel.

Écrit par : koan | 30/08/2006

> Fleur : vous avez redescendu la rue "en brune", mais vos mouvements de tête devant la vitrine, l'instant d'avant, afin d'ajuster votre visage a la perruque, ont eu raison de celle-ci...

Elle était donc bien là, à votre insu, cette perruque magique, au moment où vous avez ramassé ce coeur dont la couleur, rouge aussi, s'est mise à illustrer vos joues...

Perruque magique ? Mais non, c'est bien lui, en réalité, ce coeur, que vous avez vu à travers la vitrine, et c'est à sa rencontre, au devant de lui que vous êtes alors allée ...
Avouez ! ;-)

Écrit par : Varna | 30/08/2006

Koan, c'est noté !
Varna, quelle analyse ! J'avoue que si l'inconscient est aussi espiègle qu'on le dit il y a du vrai là-dedans... Merci de vottre passage.Nous attendons toujours votre blog ;-)

Écrit par : Fleur | 30/08/2006

Ordinateur planté y a une semaine, Stop. Après réparation encore nombreux problèmes, Stop. Blog reporté, Stop. Dernier style reconnu par mon ordi : le télégramme, Stop. Merci pour le "nous", Stop. Chui espiègle, donc inconscient ? ;-) (pas stop).

Écrit par : Varna | 31/08/2006

Mais dîtes-moi, avez-vous bien mesuré, jeune chaperon rouge le péril qu'il y a à lancer des baisers dans cette jungle urbaine dans laquelle le loup n'hésite pas à se déguiser en mère grand, bien sûr, mais encore en conducteur, vendeur, piéton ou même gendarme ?
Vous savez qui a une super perruque rouge, mila jovovitch dans le cinquième élément. Vous jetez-vous au bas des immeubles pour être reccueillie par un taximan enjôleur et costaud tout près à sauver le monde de l'ignoble entreprise de Zorg, l'hyper-libéral ?

Écrit par : koan | 31/08/2006

Varna, on attendra...
Koan, pas vu "le 5ème élément", j'ai raté une perruque rouge ???!!! Avant de sauver le monde, je vais essayer de sauver le mien !

Écrit par : Fleur | 31/08/2006

Les commentaires sont fermés.