Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2006

Musique en chambre

Samedi 26 août 2006.

  

            Dans la chambre à coucher dix-neuvième, ma polonaise a dit à l’adresse des trois autres musiciennes  Pour le concert, Fleur présentera une histoire de la musique polonaise et annoncera chaque morceau. Elles ont aussitôt attaqué quelques danses à quatre mains, les voix ne sont venues que plus tard – l’une des deux chanteuses tordait sa bouche sous la torture de la prononciation de quatre consonnes à la suite, et ma polonaise, jamais satisfaite, exigeait la perfection, reprenant une à une les syllabes escamotées Je veux te comprendre ! et l’autre chanteuse d’emblée exténuée expliquait à quatre pattes on protège sa voix et chantait de la sorte, excitant le rire de la pianiste dont c’était la chambre à coucher dix-neuvième, avec ses coussins à volants, ses rideaux romantiques et l’alcôve où je m’étais réfugiée pour écouter la musique polonaise post-romantique. Les chanteuses buvaient à long trait une tisane claire voix en s’enquerrant toi aussi tu es musicienne ? et comme je niais elles souriaient sans plus poser de questions, pendant que je notais sous la dictée l’ordre d’exécution des morceaux. J’essayais de déchiffrer les titres des livres sur la table de chevet de la pianiste qui ne voulait pas laisser la chanteuse à quatre pattes ouvrir la fenêtre sans refermer d’abord le corps de son piano. Les titres des livres promettaient justement l’harmonie du corps et de l’esprit alors que j’aurais tellement aimé trouver A la recherche du temps perdu, malgré l’anachronisme, dans cette chambre à coucher dix-neuvième.

Commentaires

Biensûr que si tu es musicienne...
dans l'âme ! dans les mots !
Et celà vaut bien tous les instruments de la terre !

Écrit par : kti | 26/08/2006

Et si pour changer je ne laissais pas de commentaire ? Mais COMMENT TAIRE mon intérêt pour vos textes ?

Écrit par : koan | 26/08/2006

super jeu de mots Koan... ;-)
il fait bon de voir que vos textes n'ont rien perdu de leur vigueur et de leur charme, Fleur. Vous metriez vous aux repetitions stylistiques ?

Écrit par : sios | 27/08/2006

J'ai l'impression d'être dans un rêve en vous lisant, c'est une drôle d'impression. C'est comme s'il me manquait une clef pour comprendre le texte dans sa totalité...

Écrit par : MrBlue | 27/08/2006

Comme j'ecoute la chanteuse Tibétaine Choying Drolma en lisant à nouveau ceci... je "revois " le gris de rose" qui fait le ciel de fond de Proust et puis le scintillement d'une mer enveloppée de nuées observée depuis un balcon à la proue de la côte. La lenteur des vergers emmiéttés dans la poudre du soleil.
Désuétude et temps perdu. Même le chant est désuet. Mais ce qui est désuet retient une saveur sans âge.
Couleurs passées, thé citronné, tentures cramoisies, fioles de cristal ouvragées et mousseline.
Parfums et rires retenus.

Écrit par : koan | 27/08/2006

Mr Blue, c'est la musique post-romantique qui ne vous va pas !! (ce n'était pas un texte à clé pourtant...)
Koan, une chose est sûr c'est que vos mots ne seront pas effacés dans la tornade de votre blog éphémère !
Sios parfois ça me prend...
Kti, sacré compliment quimeva droit au coeur !

Écrit par : Fleur | 27/08/2006

Je ne sais pas ce qu'est la musique post-romantique, je vais de ce "clic" faire un tour sur Wikipedia... à plus

Écrit par : MrBlue | 28/08/2006

Mise à jour :
Après quelques recherches me voici tout confus. En effet, j'aime la musique post-romantique ! Je connais surtout Antonin Dvorak (manque les accents !) et sa fameuse symphonie du nouveau monde mais aussi un concerto en si mineur très sympa... Il parait qu'il s'est même inspiré de procédés caractéristiques du blues dans le 12ème Quatuor. Je n'ai pas eu l'occasion de vérifier (à creuser). Me voilà prêt à relire ce texte avec du post-romantique dans les oreilles !

Écrit par : MrBlue | 28/08/2006

vous êtes un homme de bonne volonté, c'est rare et précieux.

Écrit par : Fleur | 28/08/2006

Les commentaires sont fermés.