Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2006

Marie-Antoinette

Vendredi 12 mai 2006.

           Ils coupent les arbres de la Ville. Les peupliers espiègles qui rivalisaient de hauteur avec les immeubles de la place ont été débités en tronçons réglementaires puis chargés à la main dans des remorques aux couleurs de la Ville. Décapités à leur tour, les platanes, et suivront les charmes, les merisiers et les érables pourpres. Ils n’épargnent que les bouleaux et les saules pleureurs, je crois y déceler un aveu de névrose. Je rêve d’ébouriffer les pelouses fonctionnaires dont pas un brin ne dépasse, les fleurs déprimées cantonnées aux limites d’une plate-bande rectangulaire.

            Je me contente de marcher du côté ensoleillé de la rue, je prends mon air d’aristocrate déchue, les arbres étêtés me rendent le clin d’œil, je ferme les yeux, je suis ailleurs.

Commentaires

Je suis le premier à dire que vous êtes une merveille !
Les esclaves abominent les libres. Nous leur sommes une accusation vivante. Comme les ivrognes haîssent ceux qui sont sobres, les serves haïssent ceux qui osent vivre.
Là est la ligne de partage entre le fait d'exister, et le fait de vivre. Toute cette lâcheté collective qu'on appelle société n'est qu'une protection de couards contre les assauts du réèl.
... La mondialisation des beaufs en boîte...

Écrit par : koan | 12/05/2006

Plus tard... S'il n'en reste qu'un...
Vous comprenez pourquoi j'aime bien parler dans mes textes de cervelle en cubes...Ou en cubis...

Écrit par : koan | 12/05/2006

je me ballade de blog en blog, partout un vent de révolte, des cris, des larmes, parfois un sourire, je me précipite chez Fleur pour souffler, pour me mettre à l'abri parce que chez elle je n'aurai pas peur et voilà qu'on veut me couper la tête, j'en ai la chair de poule et mes lignures en tremblent de tout part, ah c'est vrai, ils ne peuvent rien me faire, après tout je ne suis qu'un roseau, s'ils veulent s'attaquer à moi, ils devront m'attrapper par le pied.

Écrit par : holly | 12/05/2006

Il y a trois ans ils avaient fait la même chose dans ma ville avec un conseil municipal à majorité PS/Verts.

Écrit par : Cadichon | 12/05/2006

C'est pas une question de couleur politique, c'est simplement une manière de dire ben voilà on a fait quelque-chose. Ça rassure c'est tout ! N'oublions pas que la peur domine... Mais pour combien de temps encore ?
Autre chose : révolte ou larme, je veux vivre même si ma musique est un peu sombre à mon goût en ce moment.

Écrit par : MrBlue | 13/05/2006

Quand on coupe des arbres, j'ai mal...

Dans les pelouses coupées à la brosse, pas d'envie de s'allonger, pas de possibilité de se cacher, ni de faire des roulades... C'est tellement mieux dans les hautes herbes folles !

Écrit par : kti | 13/05/2006

Oui, mais gare aux tracteurs et aux moustiques, les galipettes dans l'herbe, ça les attire, ça doit être l'odeur des corps...disponibles. Mais d'un autre coté, ça vaut mieux que de se vautrer dans le goudron...

Écrit par : koan | 13/05/2006

Fleur, je vous dois un aveu. j'adore quand on coupe les platanes parce qu'enfant j'avais des crises d'asthme à mourir à cause d'eux, c'était affreux : des nuits entières à suffoquer le menton sur la table de la salle à manger...Pas de ventoline encore à ce moment-là...

Écrit par : koan | 13/05/2006

No no, je parlais bien de roulades et non de galipettes, ni même de cabrioles...

Écrit par : celle qui a parfois encore 8 ans | 13/05/2006

@ celle qui... Et ben voilà, j'ai réagis en homme... Ben je vaux pas lieux que mes pères...

Écrit par : koan | 13/05/2006

Allons bon ! Tu vaux certainement mieux qu'eux...
C'est humain d'être un homme, non ?

Écrit par : celle qui comprend ;-) | 14/05/2006

Hum... je suis ailleurs... au soleil par exemple. Oui. Je suis au soleil et ça chauffe, ça réchauffe, ça plonge dans une tiédeur qui jette comme un baume apaisant sur les arbres qu'on massacre, les révisions qui s'entassent et le bac qui approche. Soleil, soleil salvateur.
Holly, je crois que parfois un peu de quiétude est nécessaire pour se reposer de la révolte. A trop souffler, le vent va nous remorquer des nuages !

Écrit par : mimylasouris | 14/05/2006

Bonsoir tout le monde, à rebours :
Mimy en pleines révisions a quand-même le temps de laisser un mot, ça me fait plaisir, moi aussi je réclame un soleil salvateur !
Koan, pourquoi les platanes vous donnaient-ils ce genre de crise ? Leur odeur forte me fait tourner la tête, mais je ne suffoque pas.
Kti, moi aussi je préfère les prairies d'herbes folles...
Mr Blue, je crois que Cadichon soulignait l'ironie de la chose : des Verts qui massacrent les arbres... Votre musique est sombre en ce moment ? Pourquoi ?
Cadichon, cf. plus haut, merci de votre passage...
Holly, désolée de n'avoir pas apaisé tes tremblements. Ton talon d'Achille est donc ton pied tout entier, ne le dis pas trop fort !

Écrit par : Fleur | 14/05/2006

J'avais bien compris pour comme vous pour l'ironie des verts, encore une fois le compromis est de mise...
Pour ma musique c'est de l'auto-critique et c'est pas forcément juste... À suivre sur Illustrasons

Écrit par : MrBlue | 14/05/2006

Vous nous manquez, très aimée fleur, votre web-ascèse nous affecte. Qui ne vient pas chaque jour rôder sur ce blog, voir si Fleur a déposé ou non un pétale ? A part ça les platanes sont de forts allergènes.

Écrit par : koan | 14/05/2006

Je pense au chêne de Marie-Antoinette qui gît à l’entrée du Petit Trianon. Il avait résisté à la révolution, mais tempêtes et sécheresses l’ont vaincu.
Et depuis nos fonctionnaires républicains étêtent les platanes.

Écrit par : Diablo | 15/05/2006

Walking on the sunnny side of the street.

Écrit par : Big Brother | 15/05/2006

Bingo Big Brother ;-)

Écrit par : Fleur | 15/05/2006

Diablo bien vu...

Écrit par : Fleur | 16/05/2006

Les commentaires sont fermés.