Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2006

Vivre et mourir

Jeudi 5 janvier 2006.
 
                Face au miroir, sans fard, telle que je suis, mais qui suis-je ?, il disait la Femme qui pleure de Picasso, mais c’était lui qui me faisait pleurer. Face au miroir, le reflet est renversant. Je suis Celle qui ne sait pas rendre heureux, je suis Celle qui étouffe. A présent que je me suis contemplée sous vos regards, je réclame mon sabre. Mon sabre, ni le revolver ni la corde, encore moins le poison des femelles ou le médicament des dépressifs, j’exige mon sabre : je veux périr par lui. Que ce phallus impérieux me dénoyaute, que ma bile se répande, que je rende enfin aux charognes cette âme débile gangrenée par mes insanes émotions. Je suis l’être disparate qu’il dit, je suis tout ce qu’il a dit et bien pire encore. Je mets au défi l’œil averti de distinguer mon cœur mis à vif de celui mis à nu d’un sanglier. Ni commentaires ni consolations. Je ne suis pas de celles qui écrivent un poème pour draper leur charmant désespoir. Je suis d'une lignée de fous, d'une race marquée au front, d'une race que l'on raille. Vous ne me saviez pas si Sardanapale, mais vous, si plein de vigueur et d’attraits, qui m’avez épiée jusqu’à ma fin, crevez à votre tour.

04/01/2006

Ring amer

Mercredi 4 janvier 2006.

 

            Je suis remontée sur le ring un soir de décembre, mais la boxe ne voulait plus de moi. Mon direct gauche est définitivement mort et ma garde bancale, depuis ma fracture du coude. J’avais laissé trois boxeurs aux dernières séances de l’été, j’en ai retrouvé dix nouveaux, trop verts encore pour l’esprit de la boxe. Les sacs d’entraînements n’étaient pas à leur crochet, la glace avait été voilée et le ring divisé en quatre. Assauts rapprochés après un échauffement militaire.

            Au retour j’ai suivi à pied la rigueur topographique de la ville, outrée qu’elle ne se plie pas à mes humeurs, scandalisée qu’elle ne crée pas de colimaçons protecteurs, d’avenues aérées ou de secrètes ruelles pour m’épouser comme il faudrait.

10:25 Publié dans Boxe | Lien permanent | Commentaires (7)