Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2005

L'appât

Lundi 12 décembre 2005.

J’ai dansé un flamenco de fortune, ils avaient tous trop bu, ils tapaient dans leurs mains à contre-temps. Je me suis approchée de la fenêtre. De l’autre côté de la rue, dans l’immeuble d’en face, au quatrième étage comme nous, des garçons et des filles trinquaient. Ils étaient plus jeunes que nous, ils avaient tous l’air de célibataires, alors que nous n’étions que des couples, à l’exception d’H., homosexuel boute-en-train. Il m’a désigné du menton la fête d’en face : le vert ( un jeune blond au T-shirt de cette couleur) lui avait tapé dans l’œil. J’avais envie de jouer, j’ai ouvert la fenêtre, la musique trop forte attirait l’attention des hommes dans la rue silencieuse. J’ai repris pour eux des bribes de flamenco, je leur ai envoyé des baisers quand ils se sont arrêtés. Certains me les ont rendu au centuple. Démonstration pour H. du pouvoir de mon corps de femme sur les hommes.

Les jeunes d’en face nous ont remarqués, le vert a ouvert leur fenêtre, H. m’a suppliée Danse !, il voulait contempler le jeune blond jusqu’à l’ivresse, mon rôle était de le garder à la fenêtre en dansant pour lui. J’ai servi d’appât une bonne partie de la nuit, j’ai dansé avec le vert, chacun à sa fenêtre, un flamenco décalé, et j’ai quitté la fenêtre, je l’ai oublié. C’est H. qui a crié Fleur, le vert quitte la soirée d’en face !, s’en remettant à moi pour trouver une idée : on descend !, c’est encore H. qui a volé la bouteille de champagne dans le réfrigérateur sous le nez de notre hôte médusé, nous lui avons sourit d’un air rassurant en désignant les deux coupes de cristal dérobée au salon, on t’expliquera plus tard !

Cavalcade dans les escaliers au tapis rouge, irruption dans la rue calme, invitation lancée à finir la nuit sur le trottoir, cérémonie du champagne bu en fin de compte au goulot avec le vert, son amie, quelques autres de leur soirée, et l’homme qui vit avec me, descendu alléché par cet after de plein air.

Commentaires

Toujours autant de plaisir à vous lire... J'aurais donné beaucoup pour vous voir danser ce Flamenco, envoyer ces baisers aux passants ébahis et soule de joie et d'alcool.... mais aprés tout, qui sait ?

Écrit par : sios | 12/12/2005

Merci, Sios toujours prompt au commentaire ! Une petite précision, j'ai l'incroyable capacité d'agir comme si j'étais ivre sans boire une goutte d'alcool, c'est assez amusant, je me souviens de tout après les soirées, alors que les autres sont encore vaseux...

Écrit par : Fleur | 13/12/2005

au 4ème étage? Ca s'appelle avoir le vertige Fleur, arrête de faire ta crâneuse ;)

Écrit par : Klb's | 13/12/2005

OK j'arrête, tu m'as -une fois de plus- démasquée, Kgb's !

Écrit par : Fleur | 13/12/2005

Vous avez donc encore plus de chance, car si vous n'êtes pas ivre, tout est donc sous controle, ce qui a le merite d'eviter les mauvaises surprises.

Écrit par : sios | 13/12/2005

"j'ai l'incroyable capacité d'agir comme si j'étais ivre sans boire une goutte d'alcool" ==> oui !! Moi aussi. La dernière fois, je ne me suis calmée qu'après avoir réalisé que celle qui était aussi déchaînée que moi était saoule... Et oui, la folie, ca fait de l'effet même à jeun.

Écrit par : mimylasouris | 14/12/2005

Tu me fais rire, Mimy ! En fac les autres étudiants étaient persuadés que je fumais du matin au soir pour me mettre dans cet état (alors que non...)
et oui, Sios, c'est une chance !

Écrit par : Fleur | 15/12/2005

En fait, c'était du soir au matin! ;-p

Écrit par : Fleur | 15/12/2005

Merci Fleur pour cette précision ;-)
(j'ai du mal à gérer mes clones, tous plus espiègle les uns que les autres)

Écrit par : Fleur Number One | 16/12/2005

Encore une note qui fleur' bon la follie douce de vivre...
Merci Fleurfemmequidanse!

Écrit par : kti | 18/12/2005

Joyeuse Hanouka, Fleur.

Écrit par : Harry Wilbourne | 20/12/2005

Harry !!!!!!!! Ton passage sur ce blog à moitié mort me fait très plaisir...

Écrit par : Fleur | 21/12/2005

Mais qui dit à moitié mort dit à moitié vivant ! ;-)

Écrit par : mimylasouris | 22/12/2005

Logique implacable ! Je te croyais pure littéraire, mais tu es décidemment parfaite sur tous les plans, Mimy !

Écrit par : Fleur | 22/12/2005

Et oui, Fleur, je suis là, de passage sur ton blog. En ce moment ça va pas fort, je fais des cauchemars à cause d'Ahmadinejad, le président d'Iran. J'ai l'impression qu'avec cette Europe mollassone il va encore falloir que Bush parte faire la guerre si on veut pas tous mourir. J'ai toujours été pro-américain, j'étais pour que Bush aille en Iraq (et les élections confirment que dans la débâcle il y a un tout petit germe de démocratie) mais bon sang, ce président iranien, cette réunion en Autriche qui va rien donner, le Conseil de Sécurité dans quelques mois, et puis la guerre en Iran avec tous ces idiots qui foutront des drapeaux aux fenêtres et manifesteront. Je sais pas pourquoi, mais en ce moment j'ai l'impression qu'on peut tous mourir à cause des weapons of mass destruction. Sinon, il faut continuer à écrire, Fleur. Ecris sur la menace nucléaire, mais pas pour faire peur, au contraire. I have the feeling that I labor under a curse, Fleur. When will I be blown up ? There are no longer problems of the spirit, just this question : WHEN WILL I BE BLOWN UP ???

Écrit par : Harry Wilbourne | 22/12/2005

C'est quoi ces états d'âme, Harry ? Tu ne vas pas me faire croire que tu es impliqué dans ces débats d'organisation planétaire... Tu sais quoi, l'important c'est Faulkner et Antunes et les autres, et chaque mot d'écrivain, qui pèse plus lourd que n'importe quel discours politique. L'écrivain vaut son pesant de vie, de poudre d'or, de sang, de sueur, de solitude et de nuit. Le reste ne compte pas, n'est-ce pas ? C'est ma réponse à ton english question. (et merci pour l'article que tu m'as envoyé...)

Écrit par : Fleur | 22/12/2005

Non, tu te trompes, Fleur. Je déteste argumenter et discuter et débattre et tout, mais je suis vraiment pas d'accord. L'organisation planétaire c'est pas notre problème quand il s'agit d'être "sensibilisé" à je sais pas trop quelle connerie citoyenne, mais là il s'agit de la survie de la démocracie. La démocracie c'est vraiment une bonne chose, et moi j'aurais pu naître dans un pays musulman où mes soeurs auraient dû passer toute leur vie à me servir du thé à la menthe. Je vois déjà, quand je vais à la mosquée ici, dans notre beau royaume de France, combien l'islamisme radical rampe et remplit les têtes des pauvres gens. La démocracie c'est une vraie bonne chose, et les gens qui la servent ce sont des hommes de bien, où qu'ils soient dans le monde. Et je suis persuadé que cet Ahmadinejad est le contraire d'un homme de bien, et ça m'inquiète, même si je crois que la politique est généralement une chose ennuyeuse (surtout pour l'extraordinaire majorité qui n'a pas le pouvoir et qu'on appelle le peuple). Ce qui m'inquiète c'est que le monde ou les mondes dans le ou lesquels on vit est ou sont dominés aujourd'hui non plus par la loi du plus fort où tout allait bien et où nous autres mortels et immortels pouvions ne pas nous préoccuper d' "organisation planétaire" parce que (comme le disait Kissinger, ah ah, je deviens vraiment fou, Fleur, j'ai lu 800 pages de Kissinger et les Mémoires de Nixon, sans mentir, du coup je deviens un peu paranoïaque, moi aussi) parce que donc, quand règne la loi du plus fort c'est la loi des plus forts qui est mise en application, et les plus forts s'équilibrent parce qu'ils n'ont pas intérêt à détruire le monde. Maintenant c'est la loi du plus fou, et il y a vraiment des forces de destruction qui ont la possibilité de rayer des pays entiers de la carte. J'adore les tours d'ivoire, l'idée des tours d'ivoire, mais je ne veux pas être réduit à un bunker d'ivoire parce que j'aurais fait partie de ceux qui s'en sont moqués. Alors, je me contente d'avoir peur. Mais c'est sérieux, cette histoire de nucléaire iranien. Je finis par faire comme Lear, enfin l'inverse exact, lorsqu'il est au bord de la folie et qu'il enrage, saisi par son écrasante impuissance : "I will do such things, what they are yet I know not, but they shall be the terrors of the earth." The Terrors of the earth, Fleur. The Terrors of the earth. Tu devrais pas les mettre de côté d'un revers de main. Conseil d'ami.
Bon sang, je ferais mieux d'oublier le Watergate un moment, c'est en train de me faire perdre la tête... Je croyais maîtriser tout ça, et je me surprends à me sentir concerné par le destin de l'humanité. J'en suis pas encore à croire qu'il y a des complots partout, mais je me suis laissé lentement infuser dans le crâne l'idée qu'il y a un monde à combattre, à défendre, à réparer. Je change, Fleur. I am a young man, you know.

Écrit par : Harry W. Wilbourne II | 22/12/2005

Bon sang, j'ai écrit démocratie avec un c ! Désolé. Je devais réfléchir à democracy et mélanger les deux. Bon appétit quand même.

Écrit par : Harry Mea Maxima Culpa Wilbourne | 22/12/2005

OK, Harry, c'était un clin d'oeil personnel à Joyce, si désappointé lorsque la guerre a éclaté, parce qu'il se rendait compte que la sortie de son roman allait passer complètement inaperçu. Mais tu as raison sur les tours d'ivoire, sur la loi du plus fou, sur les complots à combattre, allez, va, combats de ta plume, c'est ce que j'attends de toi, tu le sais bien, autant que tes critiques acerbes mais sincères ;-))

Écrit par : Fleur | 22/12/2005

Les commentaires sont fermés.