Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2005

Lucky Pizza

Vendredi 23 septembre 2005.

Le pizzaïolo en tablier blanc me rattrappe sur le seuil de sa boutique jaune pour me mettre dans les mains une boîte de carton brûlante. Cadeau ! annonce-t il d’un sourire farceur. Je l’ai faite en vitesse pendant que vous discutiez avec la patronne et il rit d’être un pizzaïolo plus rapide que son ombre. Tant d’innocent à-propos me fait monter les larmes aux yeux, et lorsque je me régale de la pizza fabuleuse, c’est son geste que je déguste avec le plus de plaisir.

Dieu ne charge une âme que de ce qu’elle est capable de supporter. Mais il ne s’agit pas que de malheur, n’est-ce pas ? Il s’agit aussi du bonheur et de la liberté acceptable par un être. L’extase aux grandes âmes, l’exaltation dans la misère, la frénésie de la liberté. Aux petites âmes les sensations estompées, le carcan du raisonnable, les détresses étriquées.

Commentaires

Mais qu'est donc l'âme ? Et à quoi cela sert-il ? n'oubliez-pas, chère Fleur, que dans cette merveilleuse société, nous devons rationnaliser, faire des ratios donc, rentabiliser, juger de l'utilité de l'apport, du cout et des gains potentiels subséquent à l'action osée... l'âme ne sert donc à rien, grande ou petite qui s'en soucie?... Peut être vous en souciez vous ? Seriez vous donc marginale ? Vous laisseriez vous attendrir par un homme démuni et qui se meurt ? Non, la société n'est pas d'accord, l'âme on s'en fout... demander aux petites vieilles de l'autre jour... elle n'y pense que pour une chose : es ce que ça va me rapporter le paradis ou l'enfer ?
Ah, qu'il est triste de voir cela... l'homme est vide de toute passion et de tou dessein, sauf quelques petits satelites universellement décriés par la férocité du peuple...
merci Fleur, pour votre poésie, et pour votre grandeur.

Écrit par : sios | 24/09/2005

C'est vrai Sios, tout ce qui ne sert à rien est jeté par-dessus bord alors que c'est là exactement que l'on trouve l'essentiel. Merci.

Écrit par : Fleur | 25/09/2005

Une phrase qui m'avait marquée à l'époque où je l'avais entendue, elle m'interpelle toujours et à la lecture de cette note, elle m'est revenue par surprise : "tout ce qui n'est pas donné est perdu".

Écrit par : Axelle K. | 25/09/2005

Fleur...j'ai tout essayé pour me casser le coude ce week-end, comme obnubilé par la création d'une "amicale des bras cassés"...Rencontre avec des stéphanois samedi soir, football amateur violent cet après midi où j'ai été successivement taclé, descendu, balancé, basculé. Résultat des courses : des élongations aux quadriceps, un traumatisme douloureux du coude jusqu'au poignet mais pas réellement de fracture. J'ai pourtant tout tenté.

Écrit par : Klebard | 25/09/2005

Merci d'avoir essayé. A la limite je peux faire un geste et créer l'Amicale des Traumatisés du Coude au lieu de l'A. des Coudes Cassés. A voir.

Écrit par : Fleur | 26/09/2005

Les commentaires sont fermés.