Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2005

Giroflée

Jeudi 8 septembre 2005.

Je pourrais boire à la volupté de l’horreur, boire à la vieille roulée dans ses couvertures, abandonnée sur le bas-côté du couloir d'hôpital, boire à son visage figé, à ses cheveux arrachés par poignées, à son menton crispé dans un éternel sanglot muet, boire à son moignon suintant et à sa plaie dégueulasse dont se plaint le médecin, et boire jusqu’à l’ivresse à sa solitude.
Mais je congédie l’horreur, je me contente d’offrir à la vieille, in petto, ce parfum de giroflée sauvage humé du côté ensoleillé de la rue, hier en fin d’après-midi.

Commentaires

Personne n'ose troubler cette note...Impressionnés par la vision de chaos des urgences? Horrifiés par les plaies? Hypnotisés par les effluves de giroflée?
Pour ma part, je vais faire court et concon : ça veut dire quoi au juste "in petto" ?

Écrit par : L'Euklebs | 09/09/2005

oh ! Beau texte. Faudrait-que tu m'apprennes à congédier l'horreur, jolie fleur.

Écrit par : Alinoee | 09/09/2005

"in petto", Le Klebs, veut dire "en mon for intérieur", "dans mon coeur", si tu vois ce que je veux dire.
Alinoee, tes rêves te servent aussi à congédier l'horreur !

Écrit par : Fleur | 09/09/2005

si vous le faites in petto, chère Fleur, continuer de l'écrire, pour que votre fraicheur demeure parmi nous, et continue de nous réjouir...

Écrit par : sios | 10/09/2005

Vision d'un enfant handicapé physique et mental, avec un casque, tournant sur lui-même dans la minuscule cour intérieure de la clinique où travaille mon père. Les bâtiments sont flambant neuf, mais les enfants sont presque seuls le week-end, et leur détresse a traversé la porte vitrée que le règlement m'interdit de franchir. J'avais envie de le serrer dans mes bras, ce petit derviche en quête d'amour angélique.

Écrit par : all_zebest | 14/09/2005

ce commentaire me serre le coeur, All.

Écrit par : Fleur | 15/09/2005

Les commentaires sont fermés.