Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2005

Au régal des vermines

Lundi 8 août 2005.

          Ce qui se trame dans mon crochet gauche, figé dans la pose classique des instantanés de boxeurs à la noix : un drôle d’engourdissement bientôt suivi de violents frissons. Remue-ménage d’insectes générés par mon plâtre de la même façon qu’un corps mort génère les vers qui le dévoreront. Je surveille mentalement la frénétique progression d’un millier de vermines. Elles grouillent sans jamais dépasser les limites fixées par la résine – elles courent le long du biceps, appréhendent le virage du coude certifié à 90° par l’interne, bouchonnent au poignet dans un demi-tour réglementaire et repartent en sens contraire – elles me grignotent me lèchent de leurs mandibules violacées de vieilles cardiaques. Je serre les dents un long moment, jusqu’à ce qu’elles se calment, roulées en boule pour un sommeil de plusieurs heures. Le plâtre se mue en sarcophage où repose une momie soulagée. Elles dorment, innocentes, c’est l’instant où me prend la panique, jusqu’à la nausée : je ne peux pas profiter de leur abandon pour les fuir, elles sont dans ma chair, elles ne me quitteront plus. Comme les cloportes que je découvrais enfant en arrachant l’écorce des troncs pourris. Dans l’ombre et la putréfaction, le monde des insectes, insoupçonnable à l’œil nu, et pourtant vivant, logique, impérieux, régi par des lois obscures, soudain désorienté par la lumière, tout à fait insensé dès que l’écorce est arrachée. Les empreintes de galeries grignotées, sur le bois abandonné dans l’herbe, la panique de ces maniaques malgré la perfection de leurs cuirasses articulées.

          C’est ce monde qui pend à mon cou, et je redoute le moment où l’infirmière découpera à la scie circulaire la bogue où dorment mes articulations, mes os, le moment où l’écorce va céder.

12:35 Publié dans Painfull | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

gardez courage damoiselle, bientôt vous etreindrez la liberté de vos deux bras libérés, et la joie de ce moment vous libereras à jamais des souffrances actuelles...

Écrit par : sios | 08/08/2005

Mais c'est épouvantable....!!!!!!

Écrit par : manutara | 14/08/2005

je viens de lire que tu t'étais abimée ^^
j'imagine la frustration que tu dois avoir d'être immobilisée et l'envie d'aller gratouiller sous ce platre...
je te souhaite plein de courage pour que cela passe le plus vite possible et que tu puisse reprendre ton activité favorite

au fait : comment exactement cela t'es arrivé ?
et questionnement du moment : faut il nécessairement passer par plusieurs "accidents" lors qu'on pratique un art de combat ?

Écrit par : toc | 14/08/2005

Manutara, c'est pire que le traumatisme du couple italien dans cette île sauvage dont vous parliez... Un vrai cauchemar. Merci de votre passage ici !
Sios, vos encouragements me font plaisir !
Toc, ce n'est même pas la boxe qui m'a mise dans cet état, c'est moi-même, en faisant l'imbécile avec des gamins : mauvaise chute... J'ai juste peur que l'on me conseille de ne pas reprendre la boxe avant un moment. J'imagine que le choix d'un sport de combat n'est jamais innocent, et que l'on s'attend à ce genre d'accident un jour ou l'autre, non ?
Ardente Patience, merci de votre message, sur une autre note !

Écrit par : Fleur | 16/08/2005

Les commentaires sont fermés.