Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2005

Rencontre avec l'effaceur

Vendredi 22 avril 2005.
Je ne fais même plus la vaisselle dans un vulgaire évier à deux bacs, arrosé d’un simple robinet. Il s’agit désormais d’une machine ultra-perfectionnée qui me permet en quelques manipulations et une poignée de minutes de neutraliser les armes insensées du K-Directorat. L’homme qui vit avec moi ne sait pas qu’il personnifie l’Obstacle au bon déroulement de ma mission. S’il entre dans la cuisine avant la fin de la vaisselle, non, de la neutralisation des armes, je suis contrainte de le supprimer en quelques prises de Kung-Fu mentales – et parfois je ne peux réprimer un cri de douleur en visualisant la scène. Il s’ensuivra une fuite inimaginable dans des couloirs aseptisés, traversés de tuyaux juste assez larges pour laisser passer mon corps gracile mais musclé. Mais lui, l’homme qui vit avec moi, n’a sous les yeux qu’une femme modèle qui fait la vaisselle après le dîner. Sa crédulité m’enchante…
Lecture hier en fin d’après-midi près d’un groupe de skatteurs, leurs cris et leurs roulements à billes ponctuent les phrases d’Anaïs Nin, avant qu’un type que je connais de vue ne m’aborde. Dans ma fièvre d’espionnage je le prends pour mon contact, et lorsqu’il m’apprend qu’il est effaceur d’impôts je ne retiens que le premier mot et j’ouvre des yeux aussi larges que les cymbales d’Edward Perraud.

Les commentaires sont fermés.