Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2005

Vieux père, fin

Le "vieux père" de mon texte du 14 mars n'était pas MON grand-père, mais un grand-père de mon entourage qui m'avait touchée, oublié essoufflé au fond d'une bergère de velours vert amande. Je n'ai pas connu mes grands-pères et j'ai la fâcheuse habitude d'aimer furieusement ceux des autres. J'en ai aimé un si fort, au point de l'appeler "Papy" tout en le vouvoyant. Mais il doit aussi y avoir quelque chose d'africain dans ma vénération des ancêtres.
Vieux père est mort quelques jours après le 14 mars, vieux père essoufflé désormais rayonnant dans un ciel cramoisi à la Tiepolo ou peut-être désormais l'un des vieillards dans la foule de "L'Adoration de la Très Sainte Trinité", peinte par Titien.

Les commentaires sont fermés.