Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2005

Vieux père

Lundi 14 mars 2005.
Vieux père oublié essoufflé au fond du salon, au fond d’une bergère de velours vert amande. Vieux père choyant son unique poumon, concentré sur sa respiration, agacé par ses trop étroites narines. Il suffoque, il devine que ce ne sont pas ses narines mais son unique poumon qui est insuffisant. Il pourrait tenir son mou au vent léger, le gonfler d’oxygène jusqu’à l’éclatement, il suffoquerait autant. Les enfants, autour, rires, cris, courses. Les adultes, occupés à briller sans oser regarder la mort en face. De l’autre côté de la pièce, je cherche les mots muets à lui adresser, je me contente de sourire au vieux père oublié essoufflé au fond du salon, au fond d’une bergère de velours vert amande.

Commentaires

Je partage et comprends.

Écrit par : Ludovic | 15/03/2005

Merci.

Écrit par : Fleur | 15/03/2005

Les commentaires sont fermés.