Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2005

Blogoblues

mardi 15 février 2005.
Mes premiers pas dans la blogosphère me rendent amère. De petits mondes se sont créés. Ceux où l’on parle en langue SMS, ceux où les filles écrivent des poèmes, ceux où l’on intellectualise tout, ceux où l’on raconte sa vie, et les autres, consacrés au cinéma, à la littérature, à un chanteur, etc.
La grande Toile n’en est plus une où jouer les funambules, elle s’est naturellement divisée à la façon d’une cellule, et désormais chacune des cellules ainsi créées est autonome. Chaque individu fait partie d’un ghetto et je suis celle qui reste seule, amère, je suis celle qui voulait jouer les funambules.
Tous ces petits mondes reposent sur le contentement de soi. On s’y auto-congratule, on y retrouve ses pairs. Mon drame, qui me condamne à griller dans ma forêt de solitude, est de rechercher l’étranger à moi. Je cherche autre chose. Dans la vraie vie, gracile et fragile, j’ai trouvé la boxe. Ici, je ne trouve rien, parce que rien ne repose sur rien, personne ne semble avoir de doute sur rien, personne ne se donne, personne n’a l’air de savoir que nous sommes toujours seuls. Ici, tous trouvent un roi à acclamer, et tous s’en contentent.
Je suis aussi amère que mon orange de Séville, je coupe mon ordinateur, et je me jette à la rue, je fais semblant d’être belle, je me promène habillée en pute, dans ma mini-jupe de skaï rouge, au milieu de souris grises habillées en secrétaire.

Commentaires

Vous êtes dure... Ou du moins, vous généralisez un peu abusivement ce me semble.
Il est faux que "personne ne se donne" : lisez entre les lignes.
Vous écrivez : "Je cherche autre chose."
N'est-ce pas la loi même du désir que de ne pas trouver son objet ? Mais le désir, en lui-même, ne manque de rien.
Vous avez donc bien raison de "chercher autre chose" car "un but hors d'atteinte est donc, virtuellement, une source inépuisable de joie".

Écrit par : Anaximandrake | 16/02/2005

Keaton, Carpeaux, Anaîs Nin : que votre rafraîchissant éclectisme continue de vous animer : ne désespérez pas des blogs, certes beaucoup y acclament un roi, pas mal en cherchent un ou en tuent régulièrement, mais d'autres s'en passent et je crois que c'est ceux-là qu'il faut creuser (ou à défaut de les trouver, finir par créer).

Écrit par : Ludovic | 17/02/2005

Bonjour !

Ahh, la fameuse amertume... M'en parlez pas ma bonne dame ! Mais vous avez de l'intuition. Je vois un commentaire de ludovic au-dessus de ma tête, vous tenez donc le bon fil, celui des plus ouverts et accueillants, mais aussi des plus blessés sans doute. Par tout. Je viens encore de me prendre une rouste. C'est curieux. A priori, nous sommes tous ici car nous avons à échanger, à priori, pourtant, je vous assure, c'est de la haute lutte ! Un banc d'oursins. Voyez chez V, chez les Estragons, chez Kik, quelques fils chalereux. Bon courage et à bientôt !

Écrit par : Marie-Cécile | 17/02/2005

Merci de vos visites ! Je suis toute étonnée de trouver un écho à mes jérémiades. Rassurez-vous (?), mes enthousiasmes sont aussi excessifs que mes désespoirs.

Écrit par : Fleur Dorcas | 17/02/2005

Fleur si on en est là c'est qu'on se ressemble tous un tout pti peu non? Je n'osais poster un comm sur ton blog. Ton écriture est si belle....

Écrit par : Drass | 21/02/2005

Je suis flattée, Princesse ! Merci... C'est vrai, je découvre des tas de blogs qui m'enchantent !

Écrit par : Fleur Dorcas | 21/02/2005

Fleur, j'ai beaucoup apprécié ton style décalé, je reviendrai sûrement faire un tour, l'espace de quelques minutes j'étais déconnecté, le pied lol

Anaximandrake, tout le monde n'a pas forcément envie de courir après une carotte éternellement et de trouver de la joie dans la quête même (le syndrome Indiana Jones), il est si bon de la savourer (la carotte c'était pourri comme exemple), ensuite on retombe et on en retrouve une autre, qu'on attrappe à son tour. Qu'est-ce que cette joie artificielle que vous décrivez (je vais prendre le pli et vouvoyer hein)?
Je préfére attrapper un bonheur intense et tomber ensuite plutôt que de l'utiliser comme carburant, c'est trop réfléchi, trop sûr, limite morbide.

Écrit par : Axis | 21/02/2005

Merci, Axis, tu me fais trop rire, avec ta carotte ! Anaximandrake est un philosophe, je comprends aussi sa vision des choses. Tiens, je vous mets tous les deux dans mes liens ! Ciao !

Écrit par : Fleur Dorcas | 22/02/2005

Merci Fleur.

Axis, cette controverse est celle qui eut lieu entre Foucault et Deleuze et dont on trouve la synthèse dans le petit texte de ce dernier intitulé "désir et plaisir".
Cependant, si la jouissance interrompt le désir, elle ne le fait que momentanément. Le désir n'a donc, à la lettre, pas d'objet. C'est à dire qu'il est désir de "rien". C'est tout le contraire de la morbidité que d'en prendre conscience. Car, en ce sens, c'est la jouissance qui tente d'annihiler le désir, c'est-à-dire de rejoindre le rien, son objet.
En somme, je ne connais personne qui se plaigne du
tantrisme.

Écrit par : Anaximandrake | 22/02/2005

(j'ai dû relire 2 fois pour être sûr du sens, mais je suis fier de moi, j'ai tout compris)

Ben je vais aller vivre dans ma cabane en rondins à elever des castors, me lever tous les matins pour couper du bois au couteau suisse, cueuillir des pommes de pin et vénérer le chignon et la calvitie de Raël; et arrêter de faire se battre mes 3 neurones en duel, ils commencent à fatiguer, je les entends même: "pitié, pitié".
Ne dit on pas "heureux le simple d'esprit car le royaume des cieux lui est acquis"?
D'où questions existentielles: pourra t'on toujours battre des records? Mes neurones pourront-ils toujours repousser le point d'ébullition ou y'aura un jour une limite? Est-ce qu'un waterchiller suffira à abaisser leur température quand je vous lis, Anaximandrake; ou devrais-je passer à un refroidissement par changement de phase voire carrément au LN²? Est-ce que les coureurs de 100m gagneront indéfiniment des dixièmes? Pourquoi y'a quinze mille bouquins dans ma biblio et pourquoi j'en ai lu aucun? Pourquoi je ne contrôle plus mes gestes quand j'écoute Little Sister de QOTSA? Pourquoi j'ai un pot de créme nutritive Dove dans ma chambre? Pourquoi sur ce pot c'est marqué "soin intense"? Pourquoi il est bleu et blanc? Pourquoi est-il posé sur Un CD qui menace de tomber de mon bureau? Pourquoi je le laisse en équilibre? Pourquoi le trans. des Scissor Sisters a un effet sur moi que je ne saurai décrire (ça m'inquiète)? Pourquoi 10£ ça fait 13€ et des poussières? Pourquoi me suis-je remis à fumer alors que j'avais commencé et arrêté en 5éme? Pourquoi quand Einstein a rencontré son créateur et que ce dernier lui a expliqué que ses théories, l'oeuvre de sa vie, bah en gros c'était du caca, ils se sont poêlés comme des fous? Pourquoi je viens de me pulveriser de l'hexaspray au fond de la glotte alors que j'ai pas mal à la gorge? Pourquoi sur l'affiche de la saison 04/05 du théatre de la Bastille, y'a un homme à poils sur des pompes à talons qui se débat dans un filet? Pourquoi cette affiche je l'ai sur un mur de ma chambre? Pourquoi cette nuit j'ai rêvé qu'on me piquait mes limes à ongles et pourquoi ça m'enrageait?
Beaucoup de ces questions resteront sans réponse pour moi (enfin jles ai pas relues alors...), et ça c'est magique.

Pour finir je citerai une éminente intellectuelle qui ne manquera pas de se reconnaitre et qui résumera tout ceci à merveille: "ça vaudra jamais un bon coup"


PS: je ne suis pas responsable de ce que j'écris et je n'ai pas envie de remonter le curseur pour voir l'ampleur des degats.

Écrit par : Axis - matière grasse contre matière grise | 22/02/2005

Rooooo c'est bas ça, j'étais justement allée chercher un aspro Axis.

Écrit par : Drass | 22/02/2005

A ton service Sandra.
Nan mais ta phrase j'avais adoré, pour de vrai.

PS: l'aspro faut le fumer

Écrit par : Axs | 22/02/2005

Un vrai routier je suis, et toute blonde à l'intérieur. J'ai du mal ce soir, soyez pas vexé Msieur Anaximandrake. Je suis plus manuelle qu'intellectuelle. En cas de fin du monde, appellez moi, je sais faire du feu dans les bois, me défendre contre les bêtes sauvages et poser des pièges pour attraper des ptis animaux. On aura tous de quoi manger et on pourra refaire le monde autour de la flambée.

Écrit par : Drass | 23/02/2005

Un magnifique couple en perspective, ça me fait penser à Marilyn Monroe et Arthur Miller mdr (je ris de ma connerie, ça devient grave)

Écrit par : Axis | 23/02/2005

Axis, vous remarquerez certainement l'identité entre ma conclusion invoquant le tantrisme et la citation de votre intellectuelle.

Écrit par : Anaximandrake | 23/02/2005

Moi j'avais remarqué!

Écrit par : Drass | 23/02/2005

Moi, je vous avez remarqué ; je veux dire vous et votre invitation qui n'est certainement pas étrangère à votre dernière remarque.

Écrit par : Anaximandrake | 23/02/2005

Les commentaires sont fermés.