Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2012

Entendu

Une libraire vante un roman que le bouche à oreille consacre déjà comme un incontournable : on a envie d'aller jusqu'au bout, dit-elle. Alors que je n'ai jamais envie d'arriver au bout des romans que j'aime. Je les voudrais infinis. Je ne supporte pas d'être abandonnée par un roman.

29/05/2012

What else ?

Qui saura, à la vue de ma tasse de café abandonnée sur la table en terrasse, le plaisir que j’ai pris à rester seule dix minutes, tournée vers le square ? Les buissons étincelaient. Fuck le travail, fuck l’esprit de sérieux, fuck les conversations : il est temps de vivre.

15/05/2012

La magnifique

Dominique Rolin est morte aujourd'hui. Quel piège, la vie.

16/06/2010

Vieil Ispahan 16

Assise au bureau au fond du magasin, j'ai eu une pensée pour David Powell. C'était trop tard.

04/06/2010

Vieil Ispahan 15

Bien souvent je remarque que je manque de talent pour le boniment, or la vente de tapis tient essentiellement aux blablas dont on berce les éventuels clients jusqu'à les persuader qu’ils ont besoin de cet objet de luxe. C’est une chose qui est généralement au-dessus de mes forces, mais j’ai voulu profiter de deux jours de braderie pour me perfectionner dans cet art. Avisant une cliente intéressée par des fragments de tissus anciens bariolés que mon patron avait ressortis – peut-être de son grenier, peut-être d’une friperie - pour l’occasion, je me charge de lui vanter l’ouvrage, et – prends-toi pour une vendeuse, bordel ! - j’insiste sur le fait que malgré son mauvais état, on retrouve les caractéristiques de l’art iranien sur ce bout de tissu de quelques centimètres. Impressionnée par ma propre facilité à raconter des balivernes, je m’emporte, trémolos dans la voix, j’invente un âge à ce tissu, et je raconte comme les femmes ont passé du temps à coudre galons et tissus (il s’agissait d’un sorte de patchwork), c’est tout juste si je ne lui traduis pas les paroles de leurs chants nostalgiques nés au soleil de ce magnifique pays qu’est l’Iran. Comme elle désire voir autre chose, je replie le tissu. Une étiquette collée au dos nous saute aux yeux : un seul mot en lettres majuscules : INDE.